Ndjamena hausse le ton contre la Minusma

Le gouvernement tchadien a accusé la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Mali ce vendredi de négliger son contingent de soldats de la paix, un jour après que cinq militaires tchadiens aient été tués par l’explosion d’une bombe.



Soldats africains de la Minusma
Soldats africains de la Minusma

Cinq soldats tchadiens ont été tués et trois autres ont été blessés jeudi lorsque leur véhicule a heurté un engin explosif entre les villes d’Aguelhok et de Tessalit. Tous les 10 Casques bleus tués au Mali ce mois-ci sont tchadiens. "Depuis leur déploiement, les forces tchadiennes sont restés stationnés dans le nord, sans être soulagées ", selon le gouvernement tchadien.

Le porte-parole des autorités de N’Djamena, Hassan Sylla a déclaré dans un communiqué que «le gouvernement ne peut pas accepter que le contingent tchadien serve de bouclier pour les autres contingents placés plus en arrière. " Il a indiqué que la force du Tchad au Mali connaissait d’énormes difficultés logistiques. Le gouvernement tchadien donne à la MINUSMA une semaine pour apporter à son contingent le soutien nécessaire, sans dire ce qu'il ferait si ses demandes n'étaient pas satisfaites. Le communiqué indique que "face à la situation de précarité et de discrimination que les soldats tchadiens endurent, le gouvernement appelle les dirigeants de la MINUSMA à assurer un traitement juste et équitable de tous les contingents ». Un porte-parole de la MINUSMA a déclaré que les hauts responsables de la mission sont en contact permanent avec les autorités tchadiennes sur les différents aspects concernant le déploiement, la formation et la protection de leur contingent, ajoutant que le Département des opérations de maintien de la paix travaillait en étroite collaboration avec les contributeurs de troupes afin de s'assurer qu'elles (les tropes) ont le nécessaire.

L'armée tchadienne est considérée comme l'une des forces militaires les plus performantes d’Afrique de l'Ouest et du Centre et elle a joué un rôle clé sur le théâtre des opérations l'an dernier contre les combattants djihadistes au Mali.

La mission, connue sous le nom de MINUSMA, a été déployée l'an dernier après une intervention militaire menée par les Français qui ont chassé les combattants islamistes d’Al-Qaïda au Maghreb, qui s'étaient emparés du nord du pays, un an plus tôt.

Des poches d'insurgés demeurent, cependant, et la région de Kidal a vu une forte augmentation des attaques et des explosions de mines ciblant à la fois les troupes et les civils de la mission de l’ONU au Mali.


BBC Afrique

Samedi 20 Septembre 2014 - 11:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter