Niger: poursuite des tractations pour une sortie de crise

Au Niger, la recherche de solutions à la crise dans laquelle le nouveau gouvernement d'union nationale est plongé quelques jours seulement après sa nomination se poursuit. Dimanche 18 août, le Premier ministre a rencontré le président du parti Moden Lumana, Hama Amadou, également président de l’Assemblée, et principal allié de Mahamadou Issoufou. Ce parti avait demandé aux ministres issus de sa mouvance de suspendre leur participation à ce gouvernement d’union nationale au motif que ses partisans n’ont eu que des portefeuilles de moindre importance.



Hama Amadou, le président de l'Assemblée nigérienne. AFP/MAHMUD TURKIA
Hama Amadou, le président de l'Assemblée nigérienne. AFP/MAHMUD TURKIA
Quarante-huit heures après la décision du Moden Lumana de suspendre sa participation du gouvernement d’union nationale, Hama Amadou et ses lieutenants campent toujours sur leur position. Le parti, qui n'a pas quitté l’alliance au pouvoir, le Mouvement pour la renaissance du Niger (MRN), se dit pourtant prêt à de nouvelles négociations.
Dans une réponse du berger à la bergère et en l’absence du président Issoufou Mahamadou, le bureau exécutif du PNDS-Tarrayya (Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme), appelle son principal allié à plus de sagesse, en reconsidérant sa position. Après cet échange de déclarations entre alliés, les choses n’ont véritablement commencé à bouger qu’en fin de journée, lorsque le Premier ministre nigérien, Brigi Rafini, s’est rendu au domicile du président du parti Moden Lumana, aux environs de 17 heures. La discussion, à huis clos, a duré une heure environ et le président Hama Amadou a raccompagné son hôte jusqu’à sa voiture. Un bon signe selon plusieurs observateurs de la scène politique nigérienne.
Les 48 heures à venir pourraient être déterminantes dans la résolution de cette première crise politique qui fait couler beaucoup d’encre à Niamey. «Jusqu’où iront les responsables des deux formations politiques de la mouvance présidentielle dans leur ' guéguerre ' ?» s’interrogent les Nigériens. Les regards sont désormais tournés vers Dandadji, village natal du président Issoufou Mahamadou, en vacances.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Lundi 19 Août 2013 - 13:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter