Nigeria: combats dans l'Est entre l'armée et Boko Haram

Au Nigeria, des combats entre l'armée et les insurgés de Boko Haram ont fait 44 morts hier vendredi : quarante du côté des islamistes et quatre du côté des soldats nigérians selon des chiffres communiqués par le ministère de la Défense. Ces combats se sont déroulés à proximité d'une forêt qui abrite un camp de Boko Haram, camp qui pourrait abriter les lycéennes kidnappées il y a onze jours.



Dans les familles des jeunes filles enlevées, l'angoisse monte. Ici des mères lors d'une rencontre avec le gouverneur de l'Etat de Borno le 22 avril dernier.
Dans les familles des jeunes filles enlevées, l'angoisse monte. Ici des mères lors d'une rencontre avec le gouverneur de l'Etat de Borno le 22 avril dernier.

Les autorités nigérianes refusent d'indiquer si oui ou non ces derniers affrontements s'inscrivent dans le cadre d'une opération pour libérer les adolescentes. Le ministère de la Défense est avare en détails. On sait juste que les combats se sont déroulés dans les environs de Bulanbuli, entre Alagarmo et la forêt de Sambisa, qui abrite un camp de combattants de Boko Haram. Des membres de comités d'autodéfense, armés et formés depuis plusieurs mois par l’armée nigériane pour lutter contre la secte islamiste, ont mené des patrouilles hier dans la forêt de Sembisa. 

C'est une zone régulièrement ciblée et bombardée par les forces gouvernementales. Mais on ignore pour l'heure si les 187 lycéennes y sont détenues. Rappelons que 43 ont pu s'échapper, selon les chiffres de la directrice de leur établissement, qui a effectué un recensement auprès des parents d'élèves. RFI a pu joindre Asabe Kwambura ce samedi matin, la directrice du lycée de Chibok, et elle nous a fait part de l'extrême inquiétude des familles des kidnappées, familles qui, ajoute-t-elle, sont soudées dans cette épreuve et espèrent qu'une opération de libération leur permettra de retrouver leurs enfants sains et saufs.

Ce kidnapping attribué à la secte islamiste, est présenté comme l'une des opérations les plus spectaculaires de Boko Haram, opération qui vaut au président du Nigeria Goodluck Jonathan d'être de nouveau sous le feu des critiques, en raison de l'incapacité des forces de sécurité du pays à mettre hors de nuire la secte qui frappe aussi en dehors de son fief du Nord-Est. La secte a en effet revendiqué l'attentat qui a fait soixante quinze morts dans la capitale Abuja la semaine dernière.

Les lycéennes transférées au Cameroun ?

Des membres de comités d'autodéfense, armés et formés depuis plusieurs mois par l'armée nigériane pour lutter contre Boko Haram, ont mené des patrouilles ce samedi dans la forêt de Sambissa. Ils tentent de mettre à profit leurs contacts avec les locaux pour identifier le lieu où sont détenues les jeunes lycéennes. Quarante-trois se sont échappées depuis leur capture, mais 187 demeurent retenues.

Selon certaines sources, les jeunes lycéennes auraient été emmenées en bus vers le Cameroun. Contacté par RFI, le membre d'un de ces groupes d'autodéfense indique que les jeunes filles kidnappées auraient été transférées depuis quelques jours par minibus vers le Cameroun afin d'échapper aux poursuites. Une information qui reste à confirmer.

Source : Rfi.fr
 



Lundi 28 Avril 2014 - 02:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter