« Notre Sénégal est malade de sa politique politicienne… », FUSD



« Notre Sénégal est malade de sa politique politicienne… », FUSD
« Les politiciens nous font rire des fois, mais ils ne nous feront jamais autant rire qu'ils nous emmerdent », disait Coluche. Le Front Uni des Sénégalais de la Diaspora fait siens ses propos pour dénoncer : « Le cirque du retour  " hautement politique " de Wade, les alliances contre nature sur les listes électorales ainsi que les pitreries de tout bord lors des débats politiques télévisés » qui selon Mohamed Touré, coordonnateur du FUSD et Cie,  « prouvent encore et toujours le mépris et le manque de respect des politiciens envers le peuple Sénégalais ».


Pour le FUSD dans un communiqué parvenu à notre rédaction, « la hache de guerre déterrée entre Sénégalais par le retour " hautement politique " de Wade , les propos aigres d'un Idrissa Seck fraîchement débarqué après un très long séjour loin des problèmes quotidiens des Sénégalais , les menaces de Moustapha Niasse et de Ousmane Tanor Dieng dirigées contre les jeunes dans leurs partis respectifs et enfin la phrase de Abdoulaye Wilane  Porte parole du PS << Tassaro bi gneup la >> " la confusion est générale " lors du débat << faram Faccé >> de Pape Ngagne Ndiaye pour expliquer et surtout donner une excuse politique aux incohérences idéologiques ainsi qu'aux alliances contre nature observées sur les listes électorales en vue des élections locales à venir devant Mayoro Faye ( PDS ) , Fatou Sock ( Rewmi ) , et Youssou Touré ( APR ) qui ont tous acquiescé et validé sans hésitation cette phrase sans trop réfléchir à sa portée symbolique devant le peuple et surtout devant l'histoire prouvent que choisir parmi la classe politique des hommes et femmes francs , honnêtes , intelligents , patriotiques , travailleurs mais surtout cohérents et constants vis à vis de leurs idéaux politiques demeure la mer à boire pour les Sénégalais».

 
En effet enfoncent Mohamed ces sénégalais de la diaspora, « pour les élections locales du 29 juin nous aurons par exemple à Fatick le fief historique du chef de l'état monsieur Macky Sall président de l'APR 3 listes de ce même parti. A Dakar le maire sortant Khalifa Sall cherchera à sécuriser un second mandat sans le soutien de BBY.  A Ngegnene l'APR de Macky Sall, le PDS de Abdoulaye Wade , et l'AFP de Moustapha Niasse se rejoindront sur une liste pour faire la fête à Ousmane Tanor Dieng le secrétaire général du PS un des pionniers de BBY . A Podor l'APR et le PDS s'uniront contre le PS de Aissatou Tall.  A Saint Louis Rewmi est sur 3 listes différentes dont une avec le PDS et une autre en alliance avec le maire sortant Cheikh Bamba Dièye lui aussi de BBY pour contrer la boulimie dynastique des << Faye-Sall >> représentée par Mansour Faye frère de la première dame et candidat de l'APR.

 
Tout cela pour dire, « finalement sur l'échelle nationale des listes d'alliances totalement ahurissantes pour ne pas dire illogiques et insultantes ont été déposées avec l'APR, le PDS, l'AFP, le PS, Rewmi, la LD, Bokk Gis Gis pour ne citer que ceux là. Les conclusions de cette brève mise au point frôlant la tragicomédie sont que premièrement au Sénégal la majorité des politiciens est dans une même équipe et surtout dans une même logique intellectuelle qui est celle de continuer à berner le peuple pour préserver avantages et privilèges à tout prix ».

 
Pis, « les transhumances politiques de part et d'autre et surtout les cas Aïda Ndiongue d'un côté et Awa Ndiaye de l'autre sont là pour le démontrer à quiconque en doute encore . Deuxièmement ces alliances douteuses et honteuses pour les locales toutes motivées par des ambitions personnelles constituent des écrans de fumée pour les Sénégalais qui espèrent enfin découvrir le poids politique de certains acteurs et partis politiques. Ceci aurait dû être le cas à Guediawaye où après avoir longtemps excité toute la population et nourrie en elle l'espoir de voir un changement politique venir de la banlieue Malick Gakou s'est dégonflé sans explications valables au profit de Aliou Sall frère du chef de l'état et candidat parachuté avec des centaines de millions du contribuable Sénégalais pour acheter la mairie quel qu'en soit le prix ».
 
Selon le FUSD, « notre Sénégal est malade de sa politique politicienne et pris en otage par une partie de cette même classe politique pourrie , mafieuse qui lorsqu'elle ne s'unie pas pour combattre bec et ongle les candidatures indépendantes et citoyennes prend le temps de narguer le peuple en se retrouvant dans des débats télévisés où sans gêne ni pudeur des hommes et femmes supposés être des modèles et références à notre jeunesse s'accusent de ventes illégales de licences de pêche , de passeports diplomatiques, de trafic de drogue, de blanchiments de capitaux, de meurtres de juges ou de commissaires de police,  de sacrifices rituels d'albinos, de détournements de deniers publiques, d'avoir mis le feu à telle maison ou saccagé tel groupe de presse, s'envoient des menaces en direct sur ce que savent les uns sur les autres sans risques d'être inquiétés par une justice pourtant si prompt à appliquer durement la loi sur des voleurs de poulets issus de familles démunies et endoctrinées qui sans comprendre les jeux d'hommes politiques sans morales ni scrupules se battent pour les faire élire , ensuite se rabaissent devant eux espérant une maigre pitance en retour pour leur fidélité ».
 

Mohamed Touré et Cie n’en démordent pas. « Ces pauvres citoyens ignorent que nos politiciens sont tous dans le même sac et comme des mafieux ils s'unissent pour combattre la droiture, l'éthique et la morale cependant ils se battront toujours entre eux lors du partage du butin récolté sur le dos du peuple et c'est comme ça que le système demeure ».
 


Mardi 13 Mai 2014 - 12:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter