Nucléaire iranien: à Téhéran, l'espoir de la levée des sanctions

Après un an et demi de négociations, l'accord-cadre sur le nucléaire iranien a finalement été conclu avec le groupe « 5+1 » à Lausanne. Il reste désormais à régler les détails techniques, qui s'annoncent complexes, pour aboutir à un véritable accord définitif avant le 30 juin. Mais d'ores et déjà, l'annonce survenue jeudi déclenche des scènes de joie dans la capitale iranienne.



De nombreux Iraniens sont de nouveau descendus dans la rue vendredi soir, a constatéSiavosh Ghazi, le correspondant de RFI à Téhéran. Des automobilistes ont circulé tard dans la nuit pour saluer l’accord nucléaire en klaxonnant. Des milliers d’Iraniens sont restés sur les grandes artères pour danser ou chanter des chants patriotiques. Il y avait aussi de nombreux drapeaux iraniens dans la foule, où certains faisaient le « V » de la victoire, criaient « Vive Zarif » ou « Vive Rohani », saluant ainsi le succès obtenu par le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et par le président de la République Hassan Rohani.

Des célébrations pour un accord diplomatique  qui pourrait avoir des conséquences économiques. Les Iraniens espèrent en effet la levée rapide des sanctions internationales qui frappent durement l’économie iranienne depuis plusieurs années. Le président Rohani a affirmé vendredi 3 avril que cet accord nucléaire était « un premier pas » pour améliorer les relations de l’Iran avec le reste du monde.

La levée des sanctions reste en suspens

Pour le gouvernement du président Rohani, cet accord est donc un grand succès, susceptible de relancer une économie en récession. Les exportations pétrolières ont chuté de plus de 50% depuis deux ans et les sanctions bancaires ont rendu très difficiles tous les échanges avec le reste du monde.

Reste que la question de la levée des sanctions, que les Iraniens espèrent prochaine, ne semble pas avoir été réglée totalement. Le président Hassan Rohani a en effet déclaré que les sanctions financières, bancaires et économiques seront levées le jour de l’application de l’accord. Or, pour les Etats-Unis et les pays occidentaux, comme l’a dit par exemple le président américain Barack Obama, « la levée des sanctions internationales et économiques, surtout, doit se faire progressivement ».

Par ailleur, en Iran, certains ultraconservateurs ont commencé à critiquer l’accord, en affirmant que les négociateurs iraniens avaient fait trop de concessions sur le programme nucléaire.


Rfi.fr

Samedi 4 Avril 2015 - 13:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter