Offense au chef de l’Etat : Samuel Sarr demande pardon à Macky et file vers la liberté

Tout ça pour ça, serions nous tentés de dire. Le responsable du Parti Démocratique Sénégalais a fini par mettre beaucoup d’eau dans son vin. Sous le coup du délit d’offense à l’institution que représente Macky Sall en tant que Président de la République, Samuel Sarr a fini par demander pardon. Son avocat notamment Me Alioune Badara Cissé a déposé une demande de liberté et en appelle à la clémence de Macky Sall. Le libéral a demandé pardon sur « ndiguel » (ordre) de son marabout,Serigne Cheikh Saliou, khalife de la famille de feu Serigne Saliou Mbacké, qui l’invite à ne plus s’attaquer au successeur de Wade.



Dans le cadre de l’affaire Samuel Sarr, la montagne a finalement accouché d’une souris. Suite à la publication sur sa page facebook d’un compte bancaire de sept (7) milliards dont le responsable libéral disait qu’il appartiendrait au président Sall, ce dernier a finalement présenté ses excuses.
En effet, le détenu depuis le 21 août dernier pour offense au Chef de l’Etat à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss a été entendu au fonds par le juge du deuxième Cabinet, Samba Sall. Précision de l’un de ses avocats, Me ABC, Samuel a réfuté en bloc les accusations de délit d’offense au Chef de l’Etat qui lui sont reprochés. Mais sur « Ndiguel » de son marabout, il ne va plus s’attaquer au Président Sall.


Revenant sur le face-à-face de son client avec le juge, ABC sert : « Samuel s’est prêté au jeu de questions auquel le juge a cru devoir le soumettre. Il a également lu une déclaration tirée de son entretien avec Serigne Cheikh Ibn Serigne Saliou Mbacké l’enjoignant de ne plus s’adresser au Chef de l’Etat ou au président de l’Alliance Pour la République (APR) ou à Macky Sall. Cette injonction sous forme de « ndiguel » pour nous mourides, a rappelé Samuel Sarr. Et en cela, il s’est engagé. Il a nié toutefois tous les faits qui lui sont reprochés et il a produit un document annexé au dossier dans lequel, Sidy Niang du site « xibaaru » réclame toute la paternité des éléments dont Samuel s’est inspiré pour en faire une publication ». L’ancien n°2 de l’APR n’a pas manqué lui-aussi de « demander au Président de la République de bien vouloir renoncer". 


En ce sens, la défense de l’ancien ministre de l’Energie, a déposé une demande de liberté provisoire. Ce, au titre de l’article 129 du code de procédure pénal. 


Jeudi 11 Septembre 2014 - 11:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter