Ouagadougou: "156 otages libérés" à la fin d’une opération contre une attaque d’un hôtel au Centre-ville (PM)

L’armée burkinabè, appuyée par des soldats français et américains ont libéré "156 otages" vers 09H00 (GMT et locale) à la fin d’une opération lancée contre des assaillants qui ont attaqué vendredi vers 20H00 l’hôtel luxueux Splendid, situé sur l’avenue Kwamé N’Kruma au Centre de Ouagadougou, a dit le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.



Cette attaque a causé la mort de "26 personnes et 56 autres blessées" évacuées dans les centres sanitaires de la capitale burkinabè dont le Centre hospitalo-universitaire Yalgado Ouédraogo, le plus grand du pays et l’hôpital Blaise Compaoré (ex-chef d’Etat), a déploré le chef du gouvernement Thiéba après un Conseil des ministres convoqué d’urgence en vue d’"examiner la situation nationale".

 

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et le gouvernement ayant "condamné avec la dernière vigueur" l’attaque des assaillants, "décrètera dans les heures qui suivent un deuil national de 72 heures (trois jours) pour marquer la compassion et la solidarité de la nation" aux victimes et familles endeuillées, a poursuivi M. Thiéba.

 

"Une enquête (sur l’attaque) a été ouverte par le parquet", a-t-il indiqué, notant que c’est la gendarmerie qui sera chargée de l’investigation.

 

Des mesures seront prises les jours à venir pour "renforcer la sécurité et assurer l’intégrité territoriale et celle des biens et des personnes", a rassuré le tout nouveau Premier ministre Paul Thiéba nommé le 6 janvier.

 

L’attaque combinée de Splendid hôtel, Cappuccino et Yibi, établissements voisins, vise "à déstabiliser nos institutions, à créer la panique et à intimider les populations", a estimé M. Thieba, ajoutant que cette invasion vise aussi à "saper les bases de notre démocratie, les libertés si chèrement acquises par le peuple (burkinabè)" qui fait deux soulèvements populaire en 1966 et 2014.

 

Le président Roch Kaboré, élu le 29 novembre après la démission forcée de Blaise Compaoré fin octobre 2014, a salué le courages des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui ont mutualisé leur force avec les soldats français et américains avant d'appelé les "populations à la résistance, à démasquer et identifier des cellules dormantes" susceptibles de nuire le pays.

 

Vendredi, une "attaque d’un convoi à Tinabao au Nord du pays a fait deux morts dont un gendarme et un civil", a rappelé le Premier ministre, ajoutant qu’un "médecin et son épouse de nationalité autrichienne ont été aussi enlevés".

 

Cette attaque est une première au Burkina Faso, pays pauvre de l’Afrique de l’Ouest, voisin au Mali confronté depuis 2012 à des attaques barbares perpétrées par des groupes Djihadistes dont Al-Qaïda au Maghreb islamique qui a revendiqué l’incursion de Ouagadougou à travers sa branche Al-Mourabitoune du terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar.

Source : Alerte Infos



Dimanche 17 Janvier 2016 - 09:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter