PEM / Yaakaar u Réew mi de Habib SY lance le « pacte populaire de l’opposition pour battre Macky Sall en 2019 »



« De la conclusion globale des résultats des élections législatives, il ressort que l’opposition a manqué une occasion historique d’instaurer la cohabitation, et de créer les conditions de la défaite du candidat de la coalition au pouvoir à la prochaine élection présidentielle de 2019 », constate le comité de stratégie du Parti Espoir et Modernité (PEM)/ Yaakaar u Réew mi présidé par Habib SY.

Après avoir procédé à « une évaluation politique des résultats » du scrutin du 30 juillet dernier, l’ancien responsable libéral et ses partisans estiment sont d’avis qu’« en tout état de cause, l’élection présidentielle de 2019 est une autre opportunité et une autre occasion de réussir le dessein manqué de 2017 ». Pour ce faire, lancent-ils, « les leaders de l’opposition doivent s’élever au-dessus de toutes considérations subjectives. La victoire de l’opposition en 2019 doit être appréciée comme un devoir, une exigence de millions de sénégalais, déçus par la politique de la coalition au pouvoir. A l’appel du devoir, le courage de s’engager sans calcul doit être au-dessus de toute position partisane ».

Pour le PEM /Yaakaru Réew Mi, dans un communiqué parvenu à PressAfrik.com, « un Pacte Populaire de l’opposition(PPO) est la voie la plus certaine pour la défaite de la coalition au pouvoir en 2019 ». Un pacte qui, expliquent-ils, « consistera en un engagement écrit, irrévocable de tous les partis politiques de l’opposition, des mouvements politiques de l’opposition, et des organisations de la société civiles prônant une troisième alternance ».

« Le pacte devra être authentifié devant notaire et ensuite soumis à un référendum organisé à l’intention des militants et sympathisants de l’opposition, dans des conditions définies d’un commun accord. Au cas où le oui l’emporterait, tous les leaders signataires devront prêter serment sur le Coran ou la Bible, de respecter toutes les stipulations du pacte. Le serment pourra se faire en présence  de chefs religieux comme témoins », détaille ledit comité tout en posant les termes autour desquels le pacte va s’articuler. Et, sur ce point, il est question de « choisir, par consensus, un candidat unique de l’opposition. A défaut d’un consensus, organiser des primaires pour désigner le candidat de l’opposition, selon des modalités définies d’un commun accord entre les partis et mouvements politiques. Désigner par consensus, les personnes qui seront  présidents des autres institutions politiques, ainsi que le premier ministre. A défaut d’un consensus, procéder à des primaires pour choisir les futurs présidents de ces institutions et le premier ministre. Chaque  parti  devra, au plus, avoir un candidat pour toutes les institutions. L’actuelle Assemblée nationale sera dissoute conformément aux dispositions de la constitution ».
 
Pour Habib SY et Cie, « le parti du président de la République ne devra pas se présenter aux élections législatives et ne pourra nouer de coalitions avec aucun autre parti. L’objectif de cette stipulation, c’est d’empêcher au président de la République de disposer d’une majorité à l’assemblée nationale qui pourrait s’opposer à la mise en œuvre de ses engagements ».

« L’Assemblée Nationale et les autres institutions devront être un contre-pouvoir à celui du président de la République, pour empêcher la tentation à ne pas respecter ses engagements ou les dérives préjudiciables à la bonne gouvernance. Un code électoral consensuel sera élaboré d’un commun accord entre toutes les organisations politiques et la société civile. Certaines dispositions de la Constitution seront révisées, en particulier, pour une concordance entre le mandat du président de la république, celui des députés et des présidents des autres institutions. Une amnistie sera accordée à tous les condamnés pour des raisons politiques évidentes. Le pacte arrivera à terme à la fin du mandat du président de la République et à celle des autres institutions », soutiennent-ils. 


Jeudi 28 Septembre 2017 - 16:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter