Pilier de l'économie: les ICS sauvées d'une mort certaine par la société Indorama



Pilier de l'économie: les ICS sauvées d'une mort certaine par la société Indorama
Le groupe indonésien Indorama a décidé de prendre une participation majoritaire dans le capital des Industries chimiques du Sénégal (ICS), autrefois l'un des fleurons de l'industrie sénégalaise, actuellement en difficulté.

Le quotidien Le Soleil annonce, dans sa livraison de ce jeudi, que la société Indorama détiendra 66% du capital des ICS, une entreprise dans laquelle elle va en retour investir 112,5 milliards de francs CFA.

Cinquante milliards de francs CFA déduits de ce montant "seront débloqués cette semaine" pour "relancer la production et payer une partie de la dette due aux banques locales et aux entrepreneurs sénégalais qui travaillent aux ICS", rapporte le journal, en citant le ministre sénégalais de l'Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye.

"Les investissements vont démarrer dans un délai de 14 à 20 mois pour que les ICS retrouvent leur pleine capacité" de production, a ajouté M. Ndiaye.

La relance attendue de cette nouvelle recapitalisation des ICS permettra aussi au Sénégal d'arrêter d'"importer des engrais", a-t-il encore déclaré dans les colonnes du Soleil.

En difficulté depuis le milieu de la décennie 2000-2010, les ICS avaient connu une première recapitalisation en 2009, grâce à la société indienne Ifco. "Mais depuis 2009, la production n'a jamais dépassé 50%" des capacités de l'entreprise, selon Aly Ngouille Ndiaye.

Il rappelle que la société a ensuite connu en 2013 une "panne" aggravée par " la vétusté des machines, l'absence de pièces détachées, le problème de paiement des entreprises sous-traitantes, etc."

"Les ICS font partie des entreprises trop grandes pour qu'on les laisse tomber. C'est plus de 1.800 employés et un niveau d'emprunt bancaire assez élevé. Lorsqu'elles tombent, ce sont des effets collatéraux assez compliqués pour l'économie" sénégalaise, a souligné M. Ndiaye.

Avec Aps



Jeudi 21 Août 2014 - 15:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter