Plus de la moitié des victimes japonaises du tsunami avaient plus de 65 ans


Selon le journal Asahi, plus de la moitié des victimes du tsunami géant qui a déferlé le 11 mars 2011, sur plus de 600 km le long des côtes du nord-est du Japon, avaient plus de 65 ans. Des chiffres qui se basent sur ceux fournis par la police qui a vérifié l’âge de près de 8 000 personnes décédées et qui a évalué leur pourcentage à 54%.



Plus de la moitié des victimes japonaises du tsunami avaient plus de 65 ans
Le Japon, du séisme à la catastrophe nucléaire
Avant le tsunami du 11 mars, les personnes âgées dans le Tohoku au nord-est du Japon représentaient 25 % de la population. Si plus de la moitié des victimes du tsunami ont plus de 65 ans, c’est parce que ces personnes n’ont pas eu le temps de s’enfuir ou parce qu’elles étaient handicapées, et qu’elles ne pouvaient pas se déplacer sans l’aide de quelqu’un.

Des milliers de disparus

Selon le journal Asahi, le bilan des victimes, estimé à 30 000, pourrait encore s’alourdir. Car des familles entières ont été emportées par le tsunami, sans que personne n’ait pu signaler leur disparition à la police.

Des milliers de cadavres n’ont toujours pas été retrouvés. Autour de la centrale de Fukushima, près d’un millier de corps n’ont pas encore été ramassés dans la zone d’exclusion de vingt kilomètres.

La police ne fait que commencer à les récupérer, mais avec de nombreuses précautions car ces cadavres ont été exposés à de forts niveaux de radiation et doivent être décontaminés.

Rfi

Dimanche 10 Avril 2011 - 12:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter