Poste, SENELEC, RTS, SOLEIL, APS, Dakar Dem Dikk : Les boulets financiers de l’Etat et des contribuables

Elles sont nombreuses les entreprises du secteur parapublic sénégalais qui « connaissent des difficultés liées à l’insuffisance des capitaux propres ou de ressources de fonctionnement ayant entraîné l’accumulation des dettes fiscales, sociales, bancaires vis-à-vis des fournisseurs ». Le journal l’observateur fait le point avec le bilan de l’année 2009 de l’Etat du Sénégal, publié par le ministre des Finances.



Poste, SENELEC, RTS, SOLEIL, APS, Dakar Dem Dikk : Les boulets financiers de l’Etat et des contribuables
Pour la poste, l’analyse des états financiers révèle : « la nécessité de sa recapitalisation et la reconstitution de dépôts des tiers ». Le rapport du ministère des finances constate que « la Poste n’avait pas enregistré d’emprunts bancaires mais ses capitaux propres étaient négatifs en 2007 ».

La situation est aussi difficile au niveau de la SENELEC avec « ses dettes d’un montant de 140,8 milliards en 2008 qui ont progressé de 19,4 milliards par rapport à 2007 ».

Pour la RTS, le rapport révèle que « un cabinet indépendant devrait être sélectionné en vue d’établir le diagnostic global de la société et d’élaborer un plan de redressement ». « Les difficultés de cette entreprise sont liées au fait à l’insuffisance des produits d’exploitation qui ne couvrent pas les charges ».

Pour le Soleil on apprend que la situation est préoccupante depuis 1998. Et pour monter cette gravité notre confrère parle de « cancer économique ». Depuis cette date, la société enregistre des pertes et ses capitaux propres sont négatifs. Ces charges du personnel absorbent »89% de son chiffre d’affaires et l’accumulation des dettes fiscales sont de l’ordre de 3,3 milliards alors que les dettes sociales s’élèvent à 467 millions ».

Du côté de l’Aps, on note la diminution des capitaux propres qui sont passés de 70,5 à 26,7 millions entre 2007 et 2008 avec un endettement fiscal durant l’année 2008 de 350 millions et un endettement social de 100 millions.

Enfin, la société Dakar Dem Dikk aussi dans la même situation avec une détérioration des capitaux propres qui s’élèvent à -22millirds.

Pour toute ces sociétés, le journal conclut quelles devaient être déclarées en faillite si la loi est appliquée.


Vendredi 5 Novembre 2010 - 14:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter