Pour avoir insulté le procureur spécial, Alioune Ndao, Farba Senghor malmené par les policiers

Ça a chauffé, hier à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. Venu assister à la mise sous mandat de dépôt de son frère de parti, Karim Wade, Farba Senghor a traité de tous les noms d’oiseaux le procureur spécial prés de la Cour de l’Enrichissement Illicite (CREI). Ce qui lui a valu de passer un sale quart d’heure entre les mains des policiers.



Pour avoir insulté le procureur spécial, Alioune Ndao, Farba Senghor malmené par les policiers

Discret depuis la perte du pouvoir du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), le fameux «fou du roi» de l’ancien président, Abdoulaye Wade, Farba Senghor se signale de nouveau. Informé de la mise de l’incarcération de Karim à la MAC de Rebeuss, celui qu'on surnomme également, l’ «élément hors du commun» est venu sur les lieux avec ses nervis. Impuissant, il n’avait que l’insulte à la bouche pour réagir.

C’est ainsi qu’il a servi toutes sortes de quolibets au procureur général prés la Cour d’Appel, Lansana Diaby, le procureur de la République, Ousmane Diagne et le fameux procureur spécial, Alioune Ndao, nous  nous dit le journal, «Libération». Face à la menace, les forces de l’ordre ont dû réagir. Une réaction qui a fait passer l’ «énergumène», un sale quart d’heure entre les mains des policiers.

Ce qui a amené le libéral à battre en retraite pour une «destination inconnue», poursuit la source.

Ne dit-on pas souvent que force reste à la loi.



Jeudi 18 Avril 2013 - 12:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter