Procès Habré - A quoi joue le Tchad, réaction de Reed Brody de Human Rights Watch



Procès Habré - A quoi joue le Tchad, réaction de Reed Brody de Human Rights Watch
" L'objectif de la longue lutte des victimes a toujours été de traduire en justice. Hissène Habré, le chef de l'État, qui dirigeait l'appareil sécuritaire et qui est présumé être le principal responsable des crimes de son régime. Saleh Younouss et Mahamat Djibrine dit "El-Djonto", deux responsables de la police politique du régime, étaient directement subordonnés à l'autorité de Hissène Habré. En refusant de les transférer aux Chambres après un an de tergiversations et en empêchant une dernière commission rogatoire, le Tchad a retardé la tenue du procès et donne l'impression de vouloir en limiter la portée.

Les autorités tchadiennes avancent que ces deux supposés complices sont déjà inculpés au Tchad pour les mêmes faits. Il faut donc qu'elles les jugent, Saleh Younouss, Mahamat Djibrine, et tous les autres supposés complices de Hissène Habré, même après 24 ans, mais qu'elles le fassent de manière juste, transparente et efficace et qu'elles réparent enfin toutes les victimes pour les préjudices subis.

Les Chambres africaines extraordinaires, elles, continuent leur travail. Une ordonnance de renvoi sera certainement rendue auquel cas le procès de Hissène Habré pourrait bientôt débuter".


Dimanche 19 Octobre 2014 - 15:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter