RCA: ouverture de la fosse commune découverte à Bangui

A Bangui, la semaine passée, une fosse commune a été découverte dans le camp militaire du régiment de soutien situé dans le quartier des 200 Villas. Un camp utilisé par les combattants de l'ex-rébellion Seleka. Cette fosse, bloquée par une dalle de béton, a été ouverte ce lundi matin, grâce aux moyens techniques de Sangaris et de la Misca. Treize cadavres, certains les mains liées, ont été découverts, explique Ghislain Gresenguet, le procureur de la République qui a participé à l'opération.



Des employés de la Croix-Rouge transportent les cadavres sortis de la fosse commune. Bangui, le 17 février 2014.
Des employés de la Croix-Rouge transportent les cadavres sortis de la fosse commune. Bangui, le 17 février 2014.

« Ce lundi matin, avec le concours de la Misca et Sangaris, la dalle a été déplacée et nous avons pu sortir les corps qui s’y trouvaient, rapporte le procureur. Il y avait 13 corps. Cette fosse se trouve dans une caserne militaire, c'est-à-dire le camp du régiment de soutien, et je précise que cette caserne aujourd’hui sert de cantonnement pour les ex-éléments de la coalition Seleka. »

« Les corps ont été amenés à la morgue de l’hôpital pour permettre aux spécialistes de déterminer à quand remonte le décès et d’en connaître les causes. Puis ils nous présenteront leur rapport. Certains avaient les mains ligotées. Mais pour le moment, comme les corps sont à la disposition des médecins légistes, nous ne pouvons pas en dire plus. Ce sont des faits très graves. S’il y a crime, moi, procureur, je pars avec le cœur serré, j’éprouve un sentiment d’indignation, de tristesse. Les auteurs présumés doivent être démasqués afin de répondre de leurs actes devant la justice. »

Source : Rfi.fr
 



Mardi 18 Février 2014 - 09:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter