RDC: Moïse Katumbi convoqué lundi devant le procureur à Lubumbashi

En République démocratique du Congo, la justice congolaise veut entendre Moïse Katumbi. L'ex-gouverneur du Katanga, candidat déclaré à la présidentielle, est convoqué lundi par le parquet général de Lubumbashi. Le mandat de comparution pour lundi 9 mai a été officiellement reçu ce samedi matin par les avocats de Moïse Katumbi, après plusieurs heures de confusion autour d'une première convocation pour aujourd'hui.



Dès vendredi, un premier mandat de comparution circulait sur les réseaux sociaux. Dans ce document, le parquet convoquait Moïse Katumbi à 10 heures ce samedi pour « être entendu sur les faits à lui imputés ».
 
Selon une source officielle locale, une simple invitation à se présenter avait d'abord été envoyée, invitation à laquelle l'ex-gouverneur n'aurait pas répondu, d'où l'émission de ce mandat de convocation.
 
Mais de son côté, Moïse Katumbi affirme n'avoir reçu ni cette invitation, ni le mandat à comparaître ce samedi. Il a donc envoyé ses avocats au parquet ce matin pour confirmer l'existence d'un tel mandat. Et c'est lors de cette visite qu'un nouveau document, intitulé « Deuxième mandat de comparution » leur a été remis, qui convoque cette fois l'ex-gouverneur lundi prochain, à 10H00, devant le parquet général de Lubumbashi.
 
Le document ne précise pas sur quel fait porte l'audition, mais depuis mercredi 4 mai, une enquête a été ouverte sur demande du ministre de la Justice, qui a accusé l'ex-gouverneur d'avoir recruté des mercenaires, notamment américains.
 
Moïse Katumbi, lui, affirme qu'il répondra à cette convocation : « Bien sûr que je ne suis pas au-dessus de la loi. Je vais répondre. Vous savez, ma conscience est tranquille, ma vie très pacifique. Je n’ai rien à cacher. C’est pourquoi j’ai demandé qu’on puisse faire une enquête avec la communauté internationale ensemble. Vous aviez vu vous-même le communiqué de l’ambassade des Etats-Unis. Est-ce que l’on recrute des mercenaires à Washington ? Le cabinet que j’ai vu à Washington, c’est un cabinet très bien connu. Je n’ai pas peur. J’irai là-bas. Je ne me reproche absolument rien du tout ».
 
Moïse Katumbi dénonce par ailleurs la perquisition aujourd'hui dans l'une de ses propriétés, une ferme située à 20 kilomètres de Lubumbashi, sans sa présence ou celle de ses avocats. Une information non confirmée par les instances judicaires, qui se refusent à tout commentaire à ce stade de l'enquête.
 

Source: Rfi.fr


Dimanche 8 Mai 2016 - 08:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter