RDC: dans un contexte tendu, l’opposition appelle à manifester pacifiquement

En République démocratique du Congo, l'opposition appelle à éviter toute provocation ce jeudi 26 mai lors de la nouvelle journée de mobilisation pour dénoncer l'arrêt de la Cour constitutionnelle. La plus haute instance judiciaire du pays indique, dans un arrêt rendu public il y a près de deux semaines, que le président Kabila resterait au pouvoir en l'absence de l'élection d'un nouveau président élu. Une marche qui vise également à protester contre les massacres de Beni. Lors d'une conférence de presse ce 23 mai, la Dynamique de l'opposition a insisté sur la nécessité d'éviter toute provocation alors que la police insiste, elle, sur le respect des procédures, et cela, alors que sept membres de l’opposition ont été arrêtés.



« Congolaises et Congolais, c’est une manifestation pacifique, clame Me Albert Fabrice Puela, coordonnateur de la Dynamique de l’opposition et président de la Renaissance du Congo (Reco). Nous respectons les biens d’autrui, nous respectons les biens publics. C’est une manifestation citoyenne. Nous sommes des patriotes et c’est dans le patriotisme que nous voulons entendre notre voix. »

Autre message adressé à la population : « N'ayez pas peur », insiste Me Puela. Mais aussi à l'égard des forces de sécurité : « La Cour pénale internationale (CPI) attend toujours ».

Vital Kamerhe, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), acclamé, prend la parole pour relayer le même message : « Nous, leaders, nous serons devant vous. Et on va marcher avec vous dans la paix. Pas de provocation vis-à-vis de la police. Et la police, les bombes lacrymogènes, les munitions, les armes lourdes, les roquettes, amenez-les à Béni pour combattre les terroristes.  »

Des messages en français et en langues locales. « On sait qu'ils ne vont pas nous dérouler le tapis rouge », confie Me Puela. Mais la Dynamique de l'opposition montre la lettre d'information visée par les autorités et la réponse qui vient tout juste de tomber de la mairie de Kinshasa. L'hôtel de ville donne rendez-vous ce mardi à l'opposition pour une séance de travail.

Sept opposants arrêtés

Au moins sept opposants ont été arrêtés à Matadi dans la province du Bas Congo ce 23 mai. Ils étaient réunis au domicile d'un membre de l'UNC de Vital Kamerhe pour préparer la manifestation du 26 mai. Du côté des services de sécurité de l'Etat, on explique avoir été informé que des jeunes avaient été regroupés pour préparer des tracts incitant la population à la violence. Mais on assure également avoir donné des instructions pour que ces sept opposants soient transférés au parquet et soient libérés si les faits n'étaient pas avérés. L'opposition dénonce, elle, un nouvel acte de répression de la part du régime.

Vital Kamerhe, le président de l'UNC, appelle à leur libération immédiate : « Dans tous les cas de figure, la loi n’autorise pas qu’on puisse arrêter les gens qui se réunissent dans un lieu privé. Et nous condamnons cela et nous disons que c’est encore un acte d’intimidation. Tout Congolais ou un groupe de Congolais... nous avons le droit de nous réunir dans des lieux privés sans demander une quelconque autorisation. Mais là, il s’agissait de partis qui sont reconnus par la loi : l’UNC, le MSR [Mouvement social pour le renouveau] et la Reco sont des partis enregistrés au ministère de l’Intérieur. Ils ont reçu instruction des autorités de la Dynamique de l’opposition ici à Kinshasa où nous sommes pour une marche à Matadi comme sur l’ensemble du territoire national et dans la diaspora. Et c’est dans ce cadre-là qu’ils se réunissaient pour les préparatifs, pour sensibiliser la population, pour mieux encadrer cette population qu’il n’y ait pas de débordement ni de dérapage. Au contraire, les autorités provinciales devaient féliciter les membres de mon parti et des autres partis. Donc, nous condamnons cette façon de faire. »

Autre arrestation hier à Kalima dans le Maniema : un opposant issu des rangs du MSR non reconnu par le gouvernement a été arrêté, selon son parti, après avoir dénoncé les propos tenus par le secrétaire général adjoint de la majorité. Pour le moment, les autorités n'ont pas réagi.

Source: Rfi.fr



Mardi 24 Mai 2016 - 07:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter