RDC: ouverture du dialogue politique sans les principaux ténors de l'opposition

Le dialogue national doit commencer ce jeudi 1er septembre 2016 en République démocratique du Congo. Cérémonie officielle entachée par l’absence de poids lourds de l’opposition : UDPS, G7, Dynamique, MLC. Ils réclament toujours la libération des prisonniers politiques, la libéralisation des médias proches de certains partis, ainsi que le changement de facilitateur.



La cérémonie d’ouverture du dialogue national en RDC devrait débuter à 15 h, heure locale. Parmi les personnalités qui vont s’exprimer, outre le facilitateur Edem Kodjo : le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Union africaine, Smaïl Chergui, et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Maman Sidikou.
 
L’enjeu du rendez-vous : trouver une issue à la crise. D’une durée initiale de 15 jours, le dialogue national est censé amener à des élections crédibles et transparentes dans le respect de la Constitution - c’est ce que dit la feuille de route établie par le comité préparatoire. Le tout grâce à un accord politique et à des discussions techniques autour du processus électoral.
 
Il y a urgence, car la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a déjà affirmé ne pas pouvoir tenir l’élection dans les délais prévus par la Constitution. En tout cas, pas avec la refonte du fichier électoral en cours. Mais le risque, c'est que le dialogue national manque de représentativité, et constitue une occasion manquée.
 
Les ténors de l'opposition boycottent le dialogue
 
Les principaux partis de l'opposition soupçonnent le gouvernement congolais, mais aussi la Céni et la majorité, de tout faire pour maintenir le président Kabila au-delà de son deuxième et dernier mandat, qui se termine en décembre 2016. De son côté, la majorité dénonce des discours incendiaires de l’opposition, qui menaceraient la démocratie.
 
Certains opposants ont cependant choisi de rejoindre le dialogue, et ont lancé un dernier appel à leurs frères avant le dialogue, les enjoignant à venir, disent-ils, barrer la route à Joseph Kabila de l’intérieur. Parmi ces participants : Vital Kamerhe de l’UNC, Jean-Lucien Bussa du CDER, et Samy Badibanga (opposition parlementaire). Tous ont été exclus des plateformes ou partis auxquels ils appartenaient.
 
Au final, quelque 200 délégués vont participer. Quatre composantes seront représentées : majorité, opposition, société civile et personnalités. Mercredi soir, à la veille du dialogue, toutes ces composantes disaient travailler encore sur la liste de leurs délégués. Aucun calendrier clair n'a été établi non plus au-delà de la cérémonie d’ouverture. « Il n’est pas dit que les 15 jours seront consécutifs », dit la facilitation.
 
Le Rassemblement dénonce un jeu de dupes
 
Côté opposition, le grand absent du dialogue, c'est le « Rassemblement ». Cette coalition de partis allant du MLC au G7, et emmenée par l'UDPS d'Etienne Tshisekedi, dénonce un jeu de dupes. La promesse de libérer tous les prisonniers politiques, chiffrée à plus d'une centaine de personnes, tout comme celle de rouvrir les médias proches de partis d'opposition, n'a pas été tenue par le pouvoir, juge l'opposition.
 
Résultat : sans climat de confiance, ni réel geste de « décrispation », pas de dialogue. C'est ce qu'explique Bruno Thsibala, porte-parole de l'UDPS, sur les antennes de RFI.
 
 
Ce qu'ils sont en train de faire n'a rien à voir avec ce que nous avions convenu, ce qui doit être fait. A ce jour, les vrais détenus politiques, à savoir MM. Eugène Diomi Ndongala, le bâtonnier Jean-Claude Muyambo, n'ont pas été libérés. Ils sont toujours dans les geôles du pouvoir. Le fait de ne pas libérer ces prisonniers, de ne pas décrisper la situation, de ne pas rouvrir les médias confisqués, dénote la mauvaise foi du pouvoir. 

Source: Rfi.fr


Jeudi 1 Septembre 2016 - 07:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter