Rapport de l’Ofnac : «il faut sanctionner toutes les personnalités incriminées », Moustapha Diakhaté de Bby

Le chef de fil de la coalition Benno Book Yakaar, le député Moustapha Diakhaté s’est réjoui de la publication du Rapport de l’Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac) sur les entreprises publiques. Et, d’après le député toutes les personnes citées par ce rapport comme coupable de détournements de deniers publics doivent être sanctionnées.



Rapport de l’Ofnac : «il faut sanctionner toutes les personnalités incriminées », Moustapha Diakhaté de Bby
Le président de la coalition Benno Bokk Yakaar, est catégorique, « l’Apr ne saurait être un paradis de délinquants de quelque nature que ce soit », martèle-t-il. Avant d’ajouter que, « tout fautif par rapport à la gestion de la structure qui lui est confiée devra être sévèrement puni. C’est ça, l’engagement du président de la République. Personne ne sera épargné. L’Alliance pour la République ne saurait être un paradis de délinquants de quelque nature que ce soit», a précisé Moustapha Diakhaté. 
 
Pour Moustapha Diakhaté, la reddition des comptes est une promesse du candidat Macky Sall, une promesse qu’il a dès son accession à la magistrature suprême matérialisé avec la création de l’Ofnac. Le député s’est réjoui de la publication de ce rapport « je tiens tout d’abord à me féliciter de la publication de ce rapport. Cette démarche cadre avec l’ambition du président de la République d’instaurer au Sénégal une gouvernance vertueuse », se félicite Mr Diakhaté.
 
Le chef de fil de la coalition Bby soutient également, « que lors de l’avant dernière cession de l’université d’été de la Cojer, il avait dit aux jeunes du parti et à l’ensemble des militants que la «Crei, c’est certainement pour l’ancien régime mais l’Ofnac c’est pour nous».
 
A rappeler, qu’en tant que candidat, Macky Sall avait pris l’engagement, une fois élu, de combattre la corruption et les détournements de deniers publics. Une fois au pouvoir, l’une de ses premières mesures a été de doter le Sénégal d’outils efficaces pour une meilleure gestion des ressources publiques. Ceci, par le renforcement des prérogatives de la Cour des comptes, la transposition de la directive de bonne gouvernance de l’Uemoa, la réactivation de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), l’élargissement de la liste des assujettis à la déclaration de patrimoine et en fin la loi portant création de l’Ofnac.
  

Khadim FALL

Jeudi 26 Mai 2016 - 17:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter