Rareté et cherté du mouton : l’ASCOSEN accuse l’Etat et les acteurs de l’élevage



Rareté et cherté du mouton : l’ASCOSEN accuse l’Etat et les acteurs de l’élevage
Les engagements pris lors du Conseil interministériel sur la Tabaski n’ont pas été respectés. C’est du moins ce que fustige l’Association des Consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) qui pointe du doigt l’Etat du Sénégal et les acteurs de l’élevage. Momar Ndao et ses camarades qui ont constaté qu’il n’y avait presque plus de mouton à Dakar et dans les autres régions du pays à quelques heures de la fête de l’Aïd El Kebir demandent que les responsabilités soient situées. Cette année, nombreux sont les consommateurs musulmans qui ont peiné à perpétrer le sacrifice du Prophète Ibrahim du fait de la rareté, mais surtout de la cherté du cheptel.


Jeudi 17 Octobre 2013 - 13:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter