Réduction du prix de l’électricité : Pas pour maintenant.

Le gouvernement sénégalais peine encore à trouver des solutions pour la réduction du prix de l’électricité. A la place d’une révision de la grille tarifaire, les autorités proposent sept mesures d’économie d’énergie et de correction des dommages. Une commission sera mise en place pour la prise en charge immédiate de toutes les anomalies causées par la société d’électricité. Ces décisions ont été prises à l’issue du conseil interministériel tenu ce lundi 15 décembre au 9e Building Administratif.



Le ministre de l'Energie, Samuel Sarr
Le ministre de l'Energie, Samuel Sarr
Les sénégalais qui espéraient une réduction du prix de l’électricité vont devoir patienter encore. Aucune mesure pour la baisse du prix du courant n’est en perspective. C’est du moins, ce qu’on peut retenir du conseil interministériel sur l’énergie et l’électricité présidé, ce lundi 15 décembre, par le Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré.

Toutefois, les autorités ont pris «plusieurs mesures qui auront dans le court et le moyen terme des effets sur la disponibilité et la consommation de l’énergie électrique» a affirmé le ministre de l’information Abdoul Aziz Sow. Parmi les mesures, il y a « la généralisation et l’utilisation des lampes à basse consommation». En attendant l’installation d’une unité industrielle au Sénégal pour la production de ces lampes, les partenaires iraniens vont se charger de la livraison des lampes à basse consommation.

Les autorités en charge de l’énergie ont aussi envisagé «la généralisation et la vulgarisation des compteurs prépayés». Une manière d’apprendre aux sénégalais à gérer leur électricité comme ils le font avec leur crédit de téléphone. L'entreprise PROTELEC sera aussi chargée d’aider les consommateurs à économiser l’électricité.

Concernant les réclamations relatives aux factures élevées et les dommages subits par les usagers suite aux coupures de courant, «une commission sera mise en place pour corriger toutes les anomalies qui seront constatées» a annoncé Abdoul Aziz Sow. La commission qui sera présidée par la commission de régulation du secteur de l’énergie aura, entre autres pour mission, l’audit du fichier clientèle de la SENELEC. Ce qui doit permettre une prise en charge immédiate de toutes les anomalies constatées et causées par la SENELEC. Ces mesures doivent être effectives dès le début de l’année 2009.

Par ailleurs, le président de la Commission de Régulation du secteur de l’Energie a tenté de justifier la hausse des factures ayant causé des manifestations de part et d’autre. Ibrahima Thiam a évoqué la hausse du prix de l’électricité du 1er aout ayant coïncidé avec une période de grande consommation de courant. Il a tenu a précisé que la SENELEC n’a fait qu’appliquer ce qui avait été convenu, c'est-à-dire la hausse de 17%. Et selon les autorités en charge de l’énergie « la SENELEC a payé 3 milliards 600 millions de pénalités en 2008 pour mauvaise qualité de service». Une révision quinquennale des tarifs est également en perspective pour 2010-2014.

Awa Diédhiou

Lundi 15 Décembre 2008 - 17:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter