Répartition des services: FONSIS et SOGIP SA, nouvelles entités d'Amadou BA

Le projet de décret modifiant le décret n° 2014-853 portant répartition des services de l’Etat et du contrôle des Etablissements publics, des sociétés nationales et des sociétés à participation publique entre la Présidence de la République, la Primature et les Ministères est adopté en Conseil des ministres tenu ce mercredi. L’une des conséquences directes de cette modification, est que le Fonds de Souverain d’Investissement Stratégiques (FONSIS) et la Société de Gestion des Infrastructures Publiques (SOGIP SA) sont désormais des entités du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP).



Macky renforce Amadou BA. Le FONSIS et la SOGIP sont désormais des entités de son ministère. En rattachant ces deux structures dans ce département, le président Sall veut booster leurs performances en misant sur une bonne coordination de leurs actions.

Selon le manuel de procédure lu par «Libération», la Société de Gestion des Infrastructures Publiques dans les Pôles Urbains de Diamniadio et du Lac rose, en abrégé SOGIP SA, dont la création est autorisée par la loi n°2015-25 du 21 décembre 2015, est une société nationale, régie par la loi n°90-07 du 26 juin 1990 relative à l’organisation et au contrôle des entreprises du secteur parapublic et au contrôle des personnes morales de droit privé bénéficiant du concours financier de la puissance publique.
Une société par action dont le capital est, à sa constitution, entièrement souscrit par l’Etat mais pourrait être ouvert à d’autres personnes morales de droit public et qui est chargée de rechercher des partenaires capables d’assurer une exploitation optimale des infrastructures dans des conditions techniques et financières satisfaisantes pour l’Etat, notamment à travers des schémas contractuels conformes au droit sénégalais…

Le FONSIS avec un capital de 500 milliards de F CFA qui sera délibéré sur plusieurs années, investit essentiellement sous forme de fonds propres aux côtés des privés nationaux et gère des sociétés, des actifs de l'Etat en plus de fructifier les actifs pour constituer une partie de ses bénéfices en réserves financières.
Abordant les performances macro-économiques remarquables du Sénégal, le Président de la République s’est félicité mercredi dernier «de l’approbation, par le Fonds Monétaire International (FMI), de la deuxième revue du programme économique et financier du Sénégal appuyé par l’Instrument de Soutien à la Politique Economique (ISPE) ».

«En effet, au-delà de la consolidation budgétaire et de l’engagement résolu du Sénégal à respecter les critères de convergence de l’Union économique et monétaire ouest africaine, ces résultats importants, acquis grâce à la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), doivent être consolidés au service du bien-être des populations». Pour Macky Sall, «il convient dès lors de veiller notamment, à la maîtrise stratégique des subventions et de la masse salariale, à l’allocation prioritaire des dépenses publiques en faveur de l’investissement en infrastructures et en capital humain, à l’élargissement de l’assiette fiscale, au renforcement du cadre budgétaire de gestion de la dette publique, à la mise en œuvre diligente de la réforme du secteur de l’électricité, et à la poursuite des efforts hardis déjà engagés dans le cadre de l’amélioration de l’environnement des affaires et de la promotion de la transparence dans la dépense publique». 


Vendredi 10 Juin 2016 - 10:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter