Reportage : « L’argent circule » pour Macky Sall mais pas pour les sénégalais

L’économie sénégalaise est en bonne santé, semble convaincu le chef de l’Etat Macky Sall qui lors d’un « ndogou » en l’honneur des journalistes dimanche dernier au Palais, a affirmé que « l’argent circule dans le pays ». En cette période de veille de fête de la korité, PressAfrik qui a voulu savoir si le peuple sénégalais est en phase avec cette opinion de son président a tendu le micro à bon nombre d’artisans de l’économie qui ne semblent pas parler le même langage que Macky Sall, pestant que le pays va mal.



Reportage : « L’argent circule » pour Macky Sall mais pas pour les sénégalais
Mbaye Diop tient un atelier de couture à l’avenue Bourguiba. Derrière sa machine à coudre, le maître tailleur, la quarantaine sonnée trouve marrante l’affirmation du chef de l’Etat. « Je pense que le président ironise car même ceux qui travaillent tirent le diable par la queue avec  la précarité qui règne en maître ». L’approche de la fête de la korité conçue comme une période de rente chez les tailleurs, M. Diop se plaint tout de même de la rareté des clients.
 
Par ailleurs si la vision du chef de l’Etat suscite le rire de certains, elle énerve d’autres. « Comment est-ce que Macky peut se permettre de dire ça avec cette situation de crise que traverse le pays », s’étonne El Hadj Ndiaye. L’étudiant à l’Université Cheikh Anta Diop qui constate avec regret que « les sénégalais n’arrêtent pas de se plaindre de la cherté de la vie » ne cherche pas l’exemple très loin. « Nous étudiants nous vivons des jours trop difficiles, nos bourses tardent, nos aides aussi. Et c’est tout ce qu’on a pour se prendre en charge », se lamente-t-il.
 
Eva Diouf embouche la même trompette. Banquière de son état, la jeune dame décrit une situation financière alarmante. « Les sénégalais n’arrêtent plus depuis un moment de retirer l’argent qu’ils gardent en épargne », alerte-t-elle.
 
 Par contre, Libass Ndiaye, vendeur de tissus lui, partage la vision du chef de l’Etat.  « Les sénégalais doivent essayer de se prendre en main au lieu de compter toujours sur l’État », tonne-t-il tout comme André Sambou. L’électricien qui pense que les sénégalais doivent prendre leur destin en main exhorte néanmoins le président de la République à procéder à la baisse des denrées de première nécessité et à la création de l’emploi.
 
A quelques jours de la fête de korité, commerçants et ouvriers sont loin de se frotter les mains, malgré l’effervescence qui caractérise les marchés. Les consommateurs qui déplorent une situation financière précaire ne semblent  pas non plus tirer leur compte de « l’argent qui circule » comme l’a fait savoir le chef de l’Etat.
 

Chadine Salane Diouf (Stagiaire)

Mardi 6 Août 2013 - 15:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter