Retour sur les affrontements meurtriers au Burundi

Manifestants et forces de l'ordre se sont affrontés dimanche à Bujumbura, au lendemain de l'annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat à la tête du Burundi. Au moins deux personnes ont été tuées par balles. L'opposition appelle à de nouvelles manifestations ce lundi.



Au moins deux personnes ont été tuées par balle à Bujumbura dans des heurts entre la police et des milliers d'opposants à la candidature pour un troisième mandat du président sortant Pierre Nkurunziza. Elvis, 25 ans, a été tué d’une balle dans le thorax. Jean, 18 ans, d’une balle dans la tête.

Les affrontements ont éclaté dès dimanche matin, dans plusieurs quartiers de la capitale burundaise. Des scènes de violences qui ont notamment eu lieu dans le quartier de Cibitoke, dans le nord de la capitale, des jeunes jetant des pierres d’un côté, les policiers répondant par des gaz lacrymogène. Des camions anti-émeutes sont entrés en action, et utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants. Une eau teintée de bleu, pour pouvoir plus facilement retrouver ensuite les manifestants.

Les manifestants, quelques centaines de jeunes, se sont d’abord rassemblés aux coins des rues, dans le but de rejoindre la place de l’Indépendance, dans le centre de Bujumbura, où l’opposition avait appelé à se rassembler. Les manifestants disaient réclamer le droit à manifester pacifiquement, comme l’on fait la veille, samedi, les partisans du CNDD-FDD, le parti au pouvoir. Mais ils en ont été empêchés par le fort dispositif policier déployé depuis les premières heures de la matinée.



Lundi 27 Avril 2015 - 11:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter