Révélation sur une grosse affaire d’argent : Wade, Idy et le butin de Paris

Afrique confidentielle révèle qu’une grosse affaire d’argent est à l’origine de la rupture entre Abdoulaye Wade et Idrissa Seck. Un pactole qui tourne autour de 74 milliards de F CFA. En pleine affaire des chantiers de Thiès, l’ancien Président du Sénégal n’a cessé d’affirmer que le patron du conseil départemental de Thiès aurait volé son argent en avançant la somme de 75 puis 90 milliards de F CFA. Me Nafissatou Diop, qui été au cœur du fameux « Protocole de Rebeuss » soutient justement que la Société générale du Houlevarde Haussmann, à Paris, qui aurait accueilli les fonds détournés, lui rappelle beaucoup de « souvenirs ».



Afriqueconfidentielle a fait des révélations fracassantes concernant la brouille entre Abdoulaye Wade et Idrissa Seck. A la suite de la rupture brutale entre Wade et son ancien Premier ministre (Pm), leurs relations se seraient détériorées à cause d’une affaire d’argent. Afriqueconfidentielle rapporte, en effet une discussion entre l’ancien Président du Sénégal et un tiers dont elle s’est gardée de donner le nom : « Il (ndlr : Idrissa Seck) a volé mon argent : 74 milliard de F CFA ». L’autre interloqué, bafouilla: « mais Monsieur le président, les fonds politiques votés par l’Assemblée nationale n’atteignent pas 74 milliards ». Wade ajouta: « Qui dit qu’il s’agit de fonds politiques ? Il y a là également l’argent du Koweït ».

Pour en avoir le cœur net, Afriqueconfidentielle a mené son enquête pour parvenir au résultat selon lequel tout commença par l’ouverture d’un compte bancaire à l’agence centrale de la Société Générale du Boulevard Haussmann à Paris. Ce compte fut ouvert au nom du Secrétariat général de la présidence de la République du Sénégal, fonctionnant avec les deux signatures de Abdoulaye Wade et Idrissa Seck. Ce compte très particulier a été crédité d’un chèque City Bank de 1.125.000euros - soit plus de 700 millions de FCA - donné à l’Etat du Sénégal par le Koweit. Cet argent, le Trésor public sénégalais n’en a jamais vu la couleur. Tout comme beaucoup d’autres chèques, car le total des retraits en espèces entre les mois de mai et juillet 2002 a atteint plus de 2 milliards de FCFA - soit exactement 3.204.000 euros. 

Au cœur du fameux « Protocole de Rebeuss » qui a abouti à la libération du leader de parti Rewmi, à la suite d’intenses négociations, Me Nafissatou Diop a été interpellée, hier, par Libération sur ces informations distillées par nos confrères. « La notaire malgré notre insistance, a juste affirmé qu’elle n’incriminait personne mais la Société générale du Boulevard Haussmann à Paris lui rappelait beaucoup de « souvenirs ». Lesquels ? Mystère et boule de gomme. 


Jeudi 14 Janvier 2016 - 07:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter