(Revue de presse du jeudi 06 octobre 2016) Total en embuscade pour l’exploitation du pétrole au Sénégal



(Revue de presse du jeudi 06 octobre 2016) Total en embuscade pour l’exploitation du pétrole au Sénégal
Les principaux sujets du Conseil des ministres d’hier sont à la Une du SOLEIL. Il s’agit du renforcement de la transparence et de la lutte contre la corruption. Ce sont des instructions du chef de l’Etat à la suite des performances économiques du Sénégal, confirmées par le rapport Africa Pulse de la Banque mondiale et le classement de l’Indice Mo Ibrahim 2016 sur la gouvernance africaine (liga) dans lequel notre pays occupe la 10ème place sur 54. Dans le communiqué du Conseil des ministres publié par le SOLEIL, on relève aussi que le projet de loi de Finances pour l’année 2017, est arrêté à plus de 3355 milliards, contre 3022 milliards pour la loi de finances initiale 2016.

On reste avec les chiffres avec ce titre à la UNE du journal ENQUETE, « 697 milliards de Karim, 99 milliards du fisc, 600 milliards de Pétro Tim… : Presse et piège des chiffres ». Selon le journal, ces chiffres avancés mettent le doigt sur une tare de la presse sénégalaise : l’investigation. Les chiffres avancés dans plusieurs affaires se sont imposés comme choux gras pour les médias sénégalais sans qu’il y ait moyen de procéder à ses propres vérifications. Cela à cause d’une faiblesse structurelle, explique le journal, qui ajoute que la presse se limite au service minimum du compte rendu. Les journalistes interrogés, estiment que le commentaire est le seul substitut à cette indigence investigatrice en attendant de pouvoir confirmer ou infirmer la vraisemblance de certaines accusations.

Pour le pétrole et le gaz découverts, le TEMOIN informe que Total est en embuscade. Le journal explique que la compagnie présente au Sénégal depuis plus de 100 ans avec le premier réseau de distribution composé de plus de 175 stations-services, exploitant le pétrole de l’Angola, du Congo Brazzaville, du Gabon, de Guinée-Equatoriale avec d’importants parts de marché en Algérie et en Lybie, (…), ne peut évidemment pas tolérer que le Sénégal, un pays du pré carré français, donne son pétrole et son gaz aux Américains et aux Britanniques.

Sur un autre aspect de cette découverte du pétrole, DIRECT INFO se pose une question, « Affaire Pétro Tim, filon porteur pour l’opposition et goulot d’étranglement pour le pouvoir : Le pétrole ne risque-t-il pas de brûler le Macky ». Le journal soutient que l’affaire Pétro Tim constitue une véritable énigme pour le pouvoir. Ce qui fait l’affaire de l’opposition qui s’en prend à cœur joie. Les mêmes causes pouvant produire les mêmes effets.

LIBERATION informe que l’Armp a suspendu l’attribution provisoire de l’appel d’offres international ouvert en deux étapes pour les travaux de conception-réalisation d’une station de déferrisation à Sébikotane. Le marché lancé par la SONES a été attribué provisoirement au groupe français Veolia pour 5,1 milliards d’où le recours de Metito (Emirats Arabe Unis) qui avait proposé 3,5 milliards.

Dans le domaine de l’éducation, SUDQUOTIDIEN informe que le concept « Ubi tey, jang tey » passe dans les écoles-pilotes mais coince ailleurs. Le POP soutient que « ubi tey, jang tey » est  à l’épreuve de la dure réalité.
Relativement à la situation des étudiants sénégalais en Turquie, le QUOTIDIEN informe que le gouvernement est en discussion avec les autorités d’Ankara pour qu’ils soient orientés dans d’autres universités. En attendant, le journal informe que depuis le coup d’Etat avorté du 15 juillet, 50 sénégalais sont en instance d’expulsion et deux étudiants sont en prison à cause de leur proximité supposée avec le prédicateur Fethullah Gülen.

Sur d’autres aspects de l’actualité, l’AS explique le retard dans l’installation des membres du Hcct. Selon le journal cela s’explique par le fait que depuis des semaines, l’Etat cherche désespérément dans la capitale un local digne d’abriter le Hcct.

Pour les prochaines élections, Djibo Kâ à la UNE de la TRIBUNE se dit favorable au report des législatives et la tenue de la présidentielle, des législatives et les locales en 2019 ». Selon son parti, l’Urd, « tenir toutes les élections en même temps pourrait être une bonne chose pour la cohérence interne de notre système électoral et nos finances publiques sans nuire, au contraire, au jeu démocratique et à la démocratie ».

Dans l’OBS, Malick Gakou du Grand parti et coordonnateur du Front de l’opposition « Mankoo wattu Senegaal » affirme que « la marche du 14 octobre n’est que le point de départ de nos actions sur le terrain. D’autres vont suivre après évaluation ». Il ne pense pas à une interdiction de cette manifestation car « l’opposition a indiqué clairement vouloir marcher dans la paix, la sérénité et la responsabilité ».

Terminons avec WALFQUOTIDIEN qui informe que des détenus sont introuvables depuis la mutinerie il y a 15 jours à la prison de  Rebeuss. Et c’est la panique et la psychose chez les familles de victimes. Selon le journal, plusieurs familles de détenus restent sans nouvelles de leurs parents, depuis la mutinerie. Du côté de la prison, des repas sont reconduits par les gardes, de manière systématique. Dans les hôpitaux où sont internés les blessés, aucune visite de parents n’est admise.
 
 


Jeudi 6 Octobre 2016 - 09:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter