Revue de presse du jour: La folle rumeur sur la libération de Karim Wade envahie les quotidiens



Les rumeurs sur la libération de Karim Wade, hier soir, sont relayées par la presse du jour. Le TÉMOIN parle « d’une situation confuse jusque tard dans la nuit ». Selon le journal jusqu’aux environs de 18h, des folles rumeurs persistantes avaient laissé entendre que Karim Wade serait libéré dans la nuit. D’autres rumeurs avançaient qu’il allait passer la nuit à Touba. Mais finalement rien. Cette situation est le titre principal du POP, « nuit des folles rumeurs autour de la libération de Karim ». Pour le POP, « après près de 3h d’attente, Me Madické Niang dépêche une délégation vers 1h30 du matin pour demander aux militants de rentrer chez eux ». 

La TRIBUNE pour sa part parle « d’interrogations sur une libération annoncée ». La question du journal, « pourquoi le pouvoir qui était resté hermétiquement fermé à toutes les interventions et autres injonctions du groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, s’empresse-t-il aujourd’hui pour ouvrir les portes de la prison à Wade-fils ? Le journal trouve que Karim Wade est devenu un prisonnier encombrant car malgré les commissions rogatoires mises sur pied pour rapatrier des fonds supposés appartenir au fils de l’ancien chef de l’Etat, la montagne a accouché d’une souris et ces commissions sont rentrées bredouilles. Aujourd’hui, ajoute le journal, le pouvoir cherche à le libérer sans perdre la face.

L’OBS qui revient sur l’engagement d’Abdoulaye Wade pour la libération de son fils, se pose une question : Karim Wade libre et après ? Pour le journal, après sa libération, la bataille politico-judiciaire pour permettre au fils de Wade de recouvrer pleinement ses droits sera rude. Cette bataille s’articulera autour du recouvrement de tous ses droits perdus mais aussi de son patrimoine personnel, objet de saisie ou en voie de l’être. 

Avec la libération de Karim Wade, ENQUÊTE pose le débat sur l’avenir de la Crei. Titre principal du journal, « Fin de la traque des biens mal acquis : Ci-gît la Crei ! ». Selon le journal, depuis que le président Sall a annoncé la libération prochaine de Karim Wade, le condamné emblématique de cette juridiction d’exception, la fin de celle-ci se précise davantage. Pour le coût de la traque, le journal parle d’un dégonflement qui intervient après quatre années de dépenses faramineuses, d’arrestations multiples de libéraux et leurs proches et de tension entre acteurs politiques. 

En tout cas pour Mimi Touré dans l’AS, la probable libération de Karim Wade ne va pas arrêter la traque des biens mal acquis. L’ancien Premier ministre ne voit aucune raison pour que la traque s’arrête car c’est un acquis fondamental du régime de Macky Sall. 

D’ailleurs pour cette traque LIBÉRATION renseigne que la société Aviation Handling Service (AHS), versée dans le patrimoine de Karim Wade a été nationalisé par l’Etat qui a nommé comme PCA, Aymarou Gningue. Le journal ajoute qu’un administrateur sera nommé dans les prochains jours par décret présidentiel. 

Une parenthèse dans le milieu aéroportuaire avec toujours LIBÉRATION. Le journal informe que « ça manœuvre ferme entre les Etats pour le contrôle de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et Madagascar (ASECNA). En effet, l’actuelle équipe est en fin de mandat et c’est en novembre prochain que seront nommés le nouveau Directeur général et le prochain Président du conseil d’administration ». 

SUDQUOTIDIEN écrit que « l’Assemblée nationale double ses rondeurs ». C’est pour parler d’une probable augmentation du nombre des députés à l’Assemblée nationale qui peut aller de 150 à 160. Une idée avancée par Moustapha Niasse hier lors de la célébration de l’anniversaire de son parti, l’Afp. Dans le TEMOIN, d’ailleurs, Moustapha Niasse déclare que « l’Afp n’intégrera jamais un autre parti politique » et dans le QUOTIDIEN, il soutient que « le parti n’a jamais renoncé à sa vocation de diriger le pays mais après Macky Sall». Mais pour WALFQUOTIDIEN, « après 17 ans d’existence, l’Afp a perdu progressivement ses cadres et ses militants de première heure ». 

Dans les relations entre partis politiques, DIRECT INFO avance qu’ « après l’embastillement de l’Afp et du Ps, le Pds résistera-t-il aux manœuvres de Macky ? En tout cas pour le journal, le président déroule silencieusement son agenda dont la phase ultime sera sa reconduction à la tête du pays, sous ce rapport, il lance ses dernières cartes pour enrôler le Pds. 

L’AS croit que Marième Faye Sall joue un rôle dans la décrispation des relations entre Macky Sall et les libéraux. Le journal parle de ses déplacements aux domiciles des dignitaires du Pds par exemple chez Samuel Sarr pour une présentation de condoléances et sur place elle a permis à son époux de renouer avec son ami Me Elhadji Amadou Sall au téléphone. 

Retenez avec le SOLEIL que les travaux de la Commission technique de la revue du code électoral ont démarré hier suite à l’entente entre les acteurs politiques de l’opposition.

Enfin, terminons avec LIBÉRATION qui parle à sa UNE d’un coup de filet dans la « costa nostra » sénégalaise en Italie. Bilan de l’opération, cinq « capos » sénégalais sont arrêtés et interrogés depuis hier matin par la Brigade antimafia italienne, trois villas, sept véhicules et plus de deux millions d’euro (1,2 milliards Fcfa) ont été saisis par les enquêteurs alors que seize personnes ont été arrêtées.



Vendredi 17 Juin 2016 - 11:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter