(Revue de presse du mardi 18 avril 2017) Karim Wade et son père à Dakar…



(Revue de presse du mardi 18 avril 2017) Karim Wade et son père à Dakar…
C’est aujourd’hui le début du deuil national de trois jours, informe le SOLEIL, suite au drame de Madina Gounass. Pour les victimes, le SOLEIL, l’AS, SUDQUOTIDIEN et l’OBS, soutiennent que le bilan est maintenant de 30 morts. Plus précisément dans l’OBS, le médecin-chef de région, Yaya Baldé fait état à la fin du Daaka, de 30 morts, 115 blessés et plus de 3000  personnes soignées de divers maux. Pour l’enquête, le QUOTIDIEN informe que quatre personnes sont formellement identifiées et suspectées d’être à l’origine de l’incendie de mercredi dernier. Selon le journal, après leur garde à vue à la brigade de gendarmerie de Vélingara, 4 des 5 mis en cause seront déférés au parquet de Kolda en vue de leur inculpation et placement sous mandat de dépôt. D’ailleurs pour cette enquête, WALFQUOTIDIEN informe que la gendarmerie écarte la piste terroriste. Lors de la cérémonie officielle du Daaka, ce dimanche, le SOLEIL ajoute que le ministre de l’Intérieur a mis l’accent sur la volonté de l’Etat d’apporter sa contribution pour une meilleure sécurité ainsi que l’accélération de la modernisation du Daaka. Et lors de la veillée pascale samedi dernier, SUDQUOTIDIEN informe que l’Archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye, qui dirigeait la messe a adressé les condoléances et les prières de l’Eglise aux familles des victimes de l’incendie ainsi que la communauté musulmane toute entière.

En politique, le TEMOIN informe que Karim Wade sera à Dakar avant le dépôt des listes pour les législatives. Le journal ajoute que son père sera aussi à Dakar où il compte effectuer la grande prière de la Korité à la mosquée Massalikoul Djinane. Un timing très bien programmé pour des raisons politiquement stratégiques. Pour le rapprochement Idy-Karim, ENQUETE parle de « retrouvailles à hauts risques ». Des analystes minimisent ces retrouvailles. L’enseignement-chercheur Moussa Diaw de l’Ugb, doute de la disposition des Sénégalais à voter massivement pour cette doublette. Pour le journaliste Pathé Mbodji cela va booster le jeu politique mais ne donnera rien.

Pour ces législatives, VOX POPULI informe que Macky Sall a présidé avant-hier une rencontre au sommet de la coalition Benno Bokk Yakaar au Palais. Lors de la rencontre, le chef de l’Etat s’est voulu très clair en avertissant qu’il ne tolèrera aucune liste parallèle.
Toujours en politique, la presse est revenue largement sur la décision d’Aliou Sall et d’Abdoulaye Timbo des listes départementales pour les législatives. Dans DIRECT INFO, le frère et l’oncle du chef de l’Etat soutiennent dans un communiqué conjoint qu’ils ne veulent pas être la porte d’entrée de ceux qui veulent s’en prendre au président de la République. Le journal se pose une question : Subterfuge ou injonction de Macky ? Dans l’OBS, le chef de l’Etat explique à des partisans d’Aliou Sall que la propension de certains opposants à prêter au maire de la ville de Guédiawaye des ambitions de lui succéder à la tête du pays l’a outré et peiné au point de l’amener à l’empêcher d’être candidat. Dans la TRIBUNE, les partisans de Sall et de Timbo refusent de se plier et soutiennent que personne ne va choisir un candidat à leur place.

Dans l’AS, on explique la démission de Mamadou Ndoye du poste de SG de la LD. La raison selon le journal est la décision de la LD de partir aux législatives sous la bannière de Benno Bokk Yakaar. Faute de consensus le vote s’est imposé et finalement le camp dirigé par Ndoye a été mis en minorité ce qui donne un sacré coup à son leadership.

La TRIBUNE parle de la justice qui entre en action dans une affaire dite de la gestion peu orthodoxe de Sénégal Handling Service (SHS). Selon le journal c’est suite à une plainte du Groupement du personnel de la Shs qui vise Ousmane Diop, Pca et Mansour Samb, le Dg. Une plainte qui a atterri sur la table du juge Yakham Lèye du 2ème Cabinet d’instruction.

Terminons avec LIBERATION qui parle d’un « tong-tong » foncier de 1,2 milliards de FCFA au sein de l’Ipres. Le journal parle d’un projet immobilier pour les agents de l’Ipres qui cache une opération foncière dont le bénéficiaire est la Socabeg puisque les fonds en question ont servi à l’achat de terrains auprès de cette structure. Selon le journal, la Cour des comptes a dénoncé cette opération opaque.
 


Mardi 18 Avril 2017 - 11:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter