(Revue de presse du mardi 29 novembre 2016) Il y a 13 ans, les bébés siamois Adama et Awa ont été séparés avec succès…



(Revue de presse du mardi 29 novembre 2016) Il y a 13 ans, les bébés siamois Adama et Awa ont été séparés avec succès…
« Crises cycliques », c’est le journal ENQUETE qui range ainsi les dernières séries de meurtres qui ont été enregistrées au Sénégal. C’est parce que chez-nous, le journal relève que les meurtres en série, les sacrifices humains, le vol de sexe, « Djinné Maïmouna » entre autres se succèdent sans aucune explication convaincante et presque sans suite. ENQUETE soutient que dans la marche de la société, il y  a ce qui ressemble à bien des égards à des épidémies d’hystérie collective.

En tout cas pour l’insécurité, le ministre de l’Intérieur a décliné en marge de la rencontre sur les préparatifs du Gamou, une batterie de mesures prises par son département pour freiner la criminalité et combattre la folie des malfrats. Par exemple, le journal ENQUETE informe que dix commissariats supplémentaires seront ouverts en 2017 dans la région de Dakar.

Après les meurtres, parlons de la vie. L’OBS a fait une enquête sur la recrudescence des accouchements par césarienne. Les personnes interrogées relèvent que les césariennes sont très chères au Sénégal, entre 500 et 900 000 FCFA. Sur le nombre important de ces opérations, « parler de césariennes trop nombreuses est une appréhension erronée ». Car dans le journal, on explique que « selon l’OMS pour que les femmes soient sauves, il faut que 5 à 10% des accouchements se soldent par une césarienne. Alors qu’au Sénégal, les statistiques montrent qu’on n’est même pas à 4% de césariennes ».

Il y a 13 ans, les bébés siamois Adama et Awa ont été séparés avec succès à l’hôpital Aristide Le Dantec à Dakar. Le TEMOIN revient sur ce qui était « une grande première en Afrique car l’exploit chirurgical réalisé au pays de Senghor avait fait le tour du monde ». Aujourd’hui, le journal informe qu’Adama et Awa se portent très bien mais vivent dans une précarité totale.

Après la vie, la mort. Le QUOTIDIEN informe à sa UNE qu’un vieux de 88 ans est décédé hier à la préfecture de Guédiawaye où il attendait son tour pour s’inscrire à la commission administrative pour l’obtention de la carte biométrique. Le vieux a piqué un malaise avant de mourir. Les citoyens indexent, selon le journal, l’Etat qui ne les a pas mis dans de bonnes conditions d’obtention de cette carte.

Dans le domaine de l’Economie, retenez avec le SOLEIL que la campagne de commercialisation de l’arachide de cette année démarre le 1er décembre prochain. A l’issue du conseil interministériel d’hier présidé par le Premier ministre, on retient que le prix du kg est fixé à 210 FCFA  soit une hausse de 10 FCFA par rapport à l’année dernière. Mieux, indique le journal, l’Etat a mis en place un fonds de 11,5 milliards de FCFA pour sécuriser les semences.

En politique, SUDQUOTIDIEN parle du report à jeudi de la rencontre entre le chef de l’Etat et une partie de l’opposition à cause de l’agenda très chargée du président de la République. Selon le journal rien n’est encore connu sur le format de la rencontre ou sur la délégation de l’opposition. Mais pour SUDQUOTIDIEN, si la rencontre aboutie à un consensus, elle peut remettre aux calendes grecques la marche de l’opposition programmée pour ce 21 décembre. Dans le journal Vox POPuli, on soutient que « l’audience avec Macky installe le malaise à Mankoo ». Pour le Pr Malick Ndiaye, porte-parole de cette frange de l’opposition, « cette rencontre est dangereuse parce que Macky Sall représente dans cette audience l’Apr. Il ne peut représenter la mouvance présidentielle qui ne s’est pas réunie pour discuter sur la question ». WALFQUOTIDIEN se pose une question : « Rencontre entre pouvoir et opposition : Macky cherche-t-il à réactiver le dialogue national ? ». Le journal croit en tout cas qu’ « avec la question électorale, le chef de l’Etat a une occasion en or de donner un second souffle à son dialogue national qui est en panne ».

Sur l’affaire Ndiaga Diouf, la TRIBUNE écrit que « Macky met le Pds sur le viseur : L’opposition s’oppose à l’opposition ». Le journal explique avec le maire de Mermoz qui accuse le Pds d’être derrière l’attaque de sa mairie, ce sont des opposants à Macky qui vont en découdre avec l’affaire du meurtre de Ndiaga Diouf ».

Pour le Ps, DIRECT INFO se pose une question : « Pour isoler Khalifa Sall : L’agenda caché du parti socialiste, Tanor candidat en 2019 ?». Selon des indiscrétions rapportées par le journal, le Ps serait en train de concocter un schéma dans lequel, il aurait en candidat en 2019.  

Pour la mouvance présidentielle, Youssou Diallo, PCA de Sonacos SA, responsable du « Mouvement Sopi Ndar » qui soutient le chef de l’Etat explique à la UNE de l’AS que « Moustapha Niasse ne devrait pas diriger la liste de Bby aux prochaines législatives ». Pour Diallo, « la meilleure tête de liste serait quelqu’un de relativement jeune, membre de l’Apr, représentatif et légitime au plan politique, charismatique et capable de dégager un certain nombre de valeurs ».

LIBERATION révèle que le cabinet français Image 7 a été recruté pour « salir » Macky Sall et son régime dans la presse internationale et « polir » l’image de la « victime politique » et « meilleur candidat » du Pds, Karim Wade. Titre du journal, « Campagne de dénigrement médiatique à l’étranger : Le sale boulot de Image 7 contre Macky Sall et son régime ».

WALFQUOTIDIEN liste les dossiers sur la table de la justice en décembre. Sept dossiers brûlants : entre autres les affaires Karim Wade, Barthélémy Dias, Toussaint Manga… Le journal parle des histoires de foncier, de détournement, le prolongement de l’affaire Karim Wade entre autres sujets.
 


Mardi 29 Novembre 2016 - 08:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter