(Revue de presse du mercredi 31 mai 2017) Combien coûte le député au contribuable sénégalais ?



Hier, c’était une nuit folle à la Direction générale des élections. VOX POPULI qui résume ainsi la nuit de clôture du dépôt des listes de candidats pour les législatives parle de tension et de bousculade sur les lieux. A l’arrivée plusieurs listes ont été déposées et la presse ne s’accorde pas sur le nombre (30, 40, 50…). Retenir juste avec le QUOTIDIEN que c’est le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne qui a été choisi comme tête de liste de Benno Bokk Yaakaar. Moustapha Niasse qui l’a été  en 2012 est envoyé chez lui, à Nioro, pour diriger la Départementale. SUDQUOTIDIEN explique que le chef de l’Etat a porté son choix sur son capitaine d’équipe pour exhiber ses réalisations et décliner les grands axes de ses programmes sociaux dans le but de mieux « charmer » les électeurs.

LIBERATION est « dans le secret des listes en compétition » pour donner quelques détails. Le journal parle d’Abdoulaye Wade comme tête de liste nationale et Oumar Sarr tête de liste pour la coalition menée par le Pds, de la liste de Mamadou Sy Tounkara de la 2Stv comme candidat indépendant, de la coalition d’Aïda Mbodji, du bloc piloté par Aïssata Tall Sall, de Khalifa Sall comme tête de liste nationale de And Dafar Sénégal avec Malick Gackou à Guédiawaye, Idrissa Seck à Thiès où il fera face à Siré Dia de l’Apr et Mohamed Massaly du Pds, Bamba Dièye à Saint-Louis, Bamba Fall à Dakar, du côté de la coalition dirigée par Abdoulaye Baldé, il sera lui à Ziguinchor et Moustapha Guirassy à Kédougou…Il faut retenir avec LIBERATION que toutes les listes seront officiellement publiées le 09 juin.

L’OBS informe que dans la mouvance présidentielle, Macky Sall anticipe sur les troubles. Ainsi hier avant même le dépôt de la liste, la coalition Benno Bokk Yakaar a sorti un communiqué pour tenter de calmer les ardeurs au cas où les non investis déverseraient leur colère sur le Macky.

Abdoulaye Wade répond à ceux qui mettent en avant son âge (91 ans). A la UNE de la TRIBUNE, il déclare, « je me porte bien, j’arrive ». D’ailleurs il a expliqué à des partisans qui lui ont rendu visite pour le féliciter en tant que tête de liste de la coalition Manko Watu Senegaal, qu’il revient de l’Oumra avec un excellent état de santé.

Pour les combats autour des listes, l’AS soutient que les avantages qu’offre le statut de député expliquent cette convoitise. Le journal explique qu’un député simple touche un salaire de 1 300 000 Fcfa, dispose d’un véhicule 4x4 et a 300 litres de carburant par mois. Il lui est également alloué 50 000 Fcfa de crédits téléphoniques pour son bureau. Un député membre du bureau de l’Assemblée a un salaire de 2 millions, deux véhicules (un 4x4 et un Mercedes) 1000 litres de carburant par mois et une ligne téléphonique pour le bureau. Et tous les députés partent avec leur véhicule à la fin de la législature. L’AS souligne que pendant 5 ans les élus sénégalais au nombre de 150 ont bénéficié de ces avantages pour ne produire qu’une proposition de loi durant toute la législature. Voilà pourquoi dans WALFQUOTIDIEN, beaucoup de Sénégalais y compris des députés considèrent que la douzième législature n’a pas joué son rôle. Le journal informe que de nombreux candidats proposent des réformes pour en faire un véritable second pouvoir.

Parlons d’autres élections, celles de représentativité syndicale. Le TEMOIN informe que la CNTS est annoncée largement vainqueur et la CSA, la CNTS/Fc et peut-être l’UNSAS se disputent la seconde place. ENQUETE parle de contestations avec des histoires d’omissions, de doublons, d’envois tardifs des listes dans les bureaux de vote. Des éléments qui ont entaché le bon déroulement de ces joutes d’hier.
 


Mercredi 31 Mai 2017 - 11:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter