(Revue de presse du vendredi 05 Août 2016) Al Amine calme Nafi Ngom Keïta



(Revue de presse du vendredi 05 Août 2016) Al Amine calme Nafi Ngom Keïta
Des contradictions sur l’obligation faite au Premier Président de la Cour suprême de faire sa déclaration de patrimoine sont à la UNE des journaux le QUOTIDIEN et ENQUETE. Dans ces deux journaux, le ministre de la Justice soutient que le Premier Président de la Cour suprême n’est pas assujetti à la déclaration de patrimoine en 2016 parce qu’il a un budget de 846 millions alors que ceux qui sont soumis à cet exercice doivent manipuler un budget fixé à au moins un milliard. Mais pour Birahim Seck du Forum civil dans ces deux quotidiens, Mamadou Badio Camara est bel est bien assujetti à la déclaration de patrimoine du fait qu’au moment de prendre fonction en 2015, il gérait un budget de plus d’un milliard de Fcfa.

Nafi Ngom Keïta qui est à l’origine de la polémique a reçu un émissaire de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine. Selon l’AS qui en parle, le proche de la famille Sy de Tivaouane a demandé à l’ex présidente de l’Ofnac de surseoir à son recours, mais également de rester calme.

D’autre part dans le POP, le fils du khalife général des mourides précise que les récentes déclarations parues dans la presse qu’on prête au khalife général des mourides ne sont pas authentiques. Il ajoute que les propos du khalife sont constants et se résument en quatre points : adorer Dieu, travailler pour préserver sa dignité, éviter de faire du mal à son prochain et pardonner à ses pourfendeurs. Tout autre propos qu’on lui prête dans les médias n’engage que son ou ses auteurs.

Dans l’OBS, le médiateur de la République, Me Alioune Badara Cissé déclare, « je demande fraternellement, patriotiquement, à Nafy Ngom Keïta, qu’un terme soit mis au débat ».

Dans le domaine de l’économie, le SOLEIL informe que 42% du financement du Train express régional (Ter) seront assurés par la Banque islamique de développement (Bid). Cette dernière et notre pays ont procédé hier à la revue annuelle de leur coopération. Le journal explique ainsi que le Sénégal est le premier pays partenaire de cette banque en Afrique subsaharienne au regard du cumul d’approbations de plus de 2,4 milliards de dollars soit 1048 milliards depuis 1976. Pourtant dans le TEMOIN on avance que le Sénégal est un mauvais élève de la Bid. C’est parce que sur 648 milliards de crédits approuvés seulement les 19% sont décaissés. Un niveau jugé bas par le directeur régional de la banque qui a invité les acteurs à accélérer la mise en œuvre des projets en cours. Pour le ministre Amadou Bâ cette situation s’explique par les lourdeurs et lenteurs dans les procédures de passation de marchés.

LIBERATION reparle des errements financiers lors du Fesman. Selon le journal, l’Etat a été obligé de payer la rondelette somme de 36,5 milliards de Fcfa suite à plusieurs contentieux nés lors du Fesman tenu en décembre 2011. A cela le journal ajoute d’autres 8 milliards puisés dans les fonds récoltés des appels entrants mais aucune trace de cette somme n’a été notée dans le budget.
A la UNE du POP, c’est le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique qui demande aux sortants de l’école nationale de Police et de l’administration pénitentiaire de se méfier des sirènes de la tentation, de l’argent facile, de la corruption. Abdoulaye Daouda Diallo soutient que « toute personne convaincue de pratiques aux antipodes de l’orthodoxie s’exposera aux rigueurs des lois et ne bénéficiera d’aucune protection de l’Etat ».

Non loin de là, WALFQUOTIDIEN réalise un dossier sur la drogue qui circule dans les prisons. Selon le journal, la prison au Sénégal est devenue un haut lieu de trafic de stupéfiants, un commerce florissant.

A la UNE de DIRECT INFO on parle santé avec l’ouverture illégale de la polyclinique UGB de Ngallèle à Saint-Louis. Sur instruction du ministre de la santé, ordre a été donné au médecin-chef de la région de fermer sans délai la structure. Une mesure, selon le journal, qui fait suite à la grogne du collectif des médecins privés et propriétaires de clinique privées de l’axe nord. Les membres du  collectif dénoncent la concurrence déloyale dont ils sont victimes de la part des fonctionnaires du public.

En politique, la TRIBUNE informe que l’opposition regroupée au sein du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) dénonce la proposition qui veut qu’un candidat à l’élection présidentielle détenteur d’une double nationalité renonce à sa nationalité 5 ans avant le jour de la présidentielle. De même le Fpdr récuse totalement, pour le fichier électoral, le principe de confirmation et de radiation automatique proposé par la majorité. Enfin dans SUDQUOTIDIEN, l’opposition met en garde le chef de l’Etat contre toute violation du « consensus » qui a prévalu depuis 1992 sur la matière électorale au Sénégal.
 


Vendredi 5 Août 2016 - 09:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter