(Revue de presse du vendredi 09 décembre 2016) Une trentaine de djihadistes dans les prisons sénégalaises



(Revue de presse du vendredi 09 décembre 2016) Une trentaine de djihadistes dans les prisons sénégalaises
La situation de l’école Yavuz Selim occupe une bonne place dans la presse du jour. Devant les députés pour le vote de son budget, le ministre de l’éducation nationale renseigne dans ENQUETE que les établissements du groupe scolaire ne seront pas fermés. Mais la gestion a été retirée au réseau de Fethulla Gülen pour être confiée au gouvernement Turc via sa fondation de l’Education. Serigne Mbaye Thiam a aussi demandé aux parents d’élève de faire confiance au gouvernement. Le journal retient tout de même « une pression gagnante des autorités turques ». C’est le même sentiment de WALFQUOTIDIEN qui écrit que « l’Etat du Sénégal s’est plié à la volonté du président Turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a réclamé la fermeture des écoles Yavuz Sélim, après le putsch manqué dans son pays ». Cela inspire le titre à la UNE du TEMOIN, « le coup d’Etat éducatif  d’Erdogan ».

VOXPOPULI informe qu’une trentaine de djihadistes sont dans les prisons sénégalaises. Amnesty Sénégal et la Ligue sénégalaise des droits humains qui ont donné ces chiffres, expriment leurs craintes relativement à l’application des lois spécifiques dans la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité. Ces ONG invitent les autorités à ne pas sacrifier les droits humains au nom de la lutte contre le terrorisme. En tout cas les services de renseignement qui luttent entre autres contre ces maux sont renforcés à travers un projet de loi. LIBERATION révélé que ce texte comble un grand vide juridique mais surtout donne plus de moyens aux hommes de l’ombre dans un contexte mondial marqué par le terrorisme.

Parlons économie notamment d’élevage avec la 3ème édition de la journée nationale de l’élevage qui s’est tenue sous le thème, « enjeux et défis d’un financement optimal pour l’émergence du sous-secteur de l’élevage ». A l’occasion de la célébration hier à Ndioum, le SOLEIL informe que le chef de l’Etat a plaidé pour l’innovation dans la recherche des ressources au profit de ce secteur. En effet dans SUDQUOTIDIEN, les acteurs du secteur avaient lors d’un atelier, identifiaient la faiblesse des financements malgré les efforts du gouvernement. L’autre problème soulevé ce sont les importations massives  d’animaux et de petits ruminants au détriment des filières locales.

Dans les actualités politiques, le QUOTIDIEN  rapporte qu’Ousmane Tanor Dieng a expliqué à Tivaouane que c’est son ancien mentor, Abdou Diouf, qui lui a demandé de soutenir Macky Sall. Devant Serigne Mbaye Sy « Abdou », qui a prié pour la réussite du Hcct, Ousmane Tanor Dieng a aussi soutenu que « Abdou Diouf  lui a confié que le président Macky Sall est un grand travailleur et qu’il souhaiterait que nous entretenions des relations très huilées ».

Dans le cadre de ces visites de courtoisie rendues à la famille Sy de Tivaouane, l’AS informe que le porte-parole Abdoul Aziz Sy « Al Amine » a reçu Idrissa Seck, Abdoulaye Baldé, Oumar Sarr et Khalifa Sall. Des opposants qui, selon le journal, sont réticents à l’appel d’Al Amine pour un dialogue avec le chef de l’Etat. L’OBS ajoute que c’est d’un ton courtois mais ferme que le guide religieux a invité la classe politique à nouer le dialogue avec le président de la République. Ce, pour ne pas plonger le pays dans le chaos.

Le TEMOIN parle de la naissance d’une nouvelle coalition politique de l’opposition qui veut construire une alternative populaire et citoyenne. L’initiative est de Moussa Touré, Malick Noël Seck, El Hadji Ibrahima Sall, Ousmane Sonko, Ibrahima Fall et Dialo Diop. La coalition dit œuvrer à la constitution d’une liste autonome aux législatives de 2017 et d’une candidature unique pour la présidentielle de 2019.

Pour la TRIBUNE, l’opposition peine à trouver la bonne formule pour aller à l’assaut de Macky Sall et de sa coalition pour les législatives et l’élection présidentielle. Le journal se pose une question : quel capitaine pour l’opposition à l’assaut du Macky ? Pour le moment, les initiatives de cette opposition sont marquées par des tergiversations, la dispersion, des tâtonnements et l’improvisation. Ainsi, la TRIBUNE pense qu’elle risque d’être laminée lors des prochaines joutes électorales.

Au-delà de la politique, DIRECT INFO constate que le front social est en ébullition. Le journal relève que les enseignants du supérieur, les magistrats, les greffiers, les médecins sont tous en colère. Question à la UNE du journal : quelle réponse du gouvernement ?
 
 


Vendredi 9 Décembre 2016 - 08:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter