Russie: la justice refuse la demande de remise en liberté anticipée d'une des Pussy Riot

La demande de libération anticipée de Maria Alekhina, l'une des deux Pussy Riot emprisonnées pour deux ans, a été rejetée jeudi 23 mai. La jeune femme avait entamé mercredi une grève de la faim pour contester le fait qu'on lui refuse d'être présente au tribunal. Sans résultat. Si la justice russe maintient sa décision, Maria Alekhina ne sortira de prison qu'en février 2014.



Russie: la justice refuse la demande de remise en liberté anticipée d'une des Pussy Riot

Le tribunal a suivi l'avis du parquet et de l'administration du camp où la jeune femme purge sa peine de deux ans. Tous deux s'étaient prononcés contre la demande de libération anticipée.


Lors de l'audience cet après-midi, une responsable de la prison a critiqué « le manque d'initiative dans les tâches ménagères » de Maria Alekhina, ajoutant qu'elle ne s'était pas repentie pour ce qu'elle avait fait.


La défense de la jeune femme a aussitôt indiqué qu'elle ferait appel de cette décision qu'elle juge illégale et infondée.


Les débats, qui avaient débuté mercredi avaient été ajournés après l'annonce de Maria Alekhina d'entamer une grève de la faim : le tribunal lui refusait d'être présente à l'audience. La jeune femme avait alors interdit à ses avocats de participer aux débats tant qu'elle ne serait pas présente au tribunal. Un nouvel avocat a finalement été commis d'office par le juge.


Une autre Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, est toujours sous les verrous. Sa demande de libération anticipée a également été rejetée il y a quelques mois.Toutes deux avaient été condamnées en 2012 pour avoir chanté une prière punk anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou.


Rfi.fr

Vendredi 24 Mai 2013 - 09:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter