SENEGAL-CINEMA-HOMMAGE: James Campbell-Badiane élevé au rang de chevalier de l’Ordre national du Lion à titre posthume

Le comédien et acteur sénégalais James Campbell-Badiane a été inhumé samedi en fin d’après-midi au cimetière Saint-Lazare de Béthanie après avoir été élevé au rang de chevalier dans l’Ordre national du Lion, a constaté l’APS.



SENEGAL-CINEMA-HOMMAGE: James Campbell-Badiane élevé au rang de chevalier de l’Ordre national du Lion à titre posthume
Il a été décoré avant la célébration d’une messe de requiem dans l’enceinte de l’église Saint-Pierre de Baobabs. Des cinéastes, acteurs culturels, hommes politiques et anonymes y ont assisté.

‘’James Campbell-Badiane, la République reconnaissante vous fait chevalier de l’Ordre national du Lion’’, a dit le Grand chancelier de l’ordre avant de poser l’insigne sur le cercueil du défunt, en présence du directeur des Arts, Abdoulaye Racine Senghor, et Mamadou Traoré Diop, conseiller culturel du chef de l’Etat.

La foule a ensuite accompagné le défunt à sa dernière demeure, au cimetière Saint-Lazare de Béthanie. Là aussi, des prières ont été dites pour le repos de son âme.

James Campbell-Badiane est décédé mercredi à l’âge de 78 ans, des suites d’une maladie. Au cours de sa longue carrière débutée en 1955, il a joué dans une trentaine de films. L’artiste s’est investi jusqu’à sa mort dans le combat ‘’contre l’oubli’’ des hauts faits d’armes des anciens combattants.

L’homme qui s’est révélé au premier Festival mondial des arts nègres (1966) où il a tenu le rôle de Hugonin-Baron dans l’adaptation de ‘’La Tragédie du Roi Christophe’’ d’Aimé Césaire aux côtés de feu Douta Seck, est de cette race d’artistes en qui la fibre artistique vibre en temps réel.

Au théâtre, il s’est affiché avec Bernard Tapie, ancien ministre français, dans l’adaptation de ‘’Vol au-dessus d’un nid de coucou’’. Il a aussi joué le rôle de l’ancien combattant Léopold Abdou Diallo, dans un téléfilm écrit par l’académicien français Eric Orsena intitulé ‘’La Dette’’.

Dans son cœur, l’acteur-comédien a porté les anciens combattants, acteurs d’une histoire qui selon lui ne doit pas être oubliée. Pour James Campbell-Badiane, certaines dates de l’histoire des anciens combattants sont encore méconnues du grand public. Même s’il se félicite de l’instauration, par le président Abdoulaye Wade, de la Journée du Tirailleur, il note que les commémorations ne sont pas habituelles.

Contre l’oubli, le remède de James Campbell-Badiane était la ‘’transmission’’ du savoir aux jeunes générations. ‘’C’est mon devoir de transmettre et non une partie de plaisir’’, soutenait-il. Pour lui, ‘’l’expérience ne vaut (quelque chose) que si elle est transmise’’.

James Campbell est aussi l’initiateur de AGISYMBA, groupe négro-africain d’intervention culturelle qui a pour mission de ‘’raviver le souvenir, valoriser l’héritage, honorer la mémoire’’ des anciens combattants.

AGISYMBA, créé en août 1966, considère que les anciens combattants et les victimes de guerre ont été les acteurs et sont aujourd’hui les témoins de ces périodes.

Le groupe se bat pour, entre autres, ‘’inventorier, créer et réhabiliter les lieux de mémoire et sites aussi bien en Afrique qu’en France’’, ‘’garder la mémoire vivante, préservée et extirpée de l’oubli, transmettre l’héritage aux générations futures en les éduquant par les exemples’’.



Aps

Dimanche 11 Avril 2010 - 12:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter