Sans une bonne politique d’archives, point de bonne gouvernance



Sans une bonne politique d’archives, point de bonne gouvernance
Nous en sommes à l’heure d’un Sénégal où les archives devraient retrouver leur place d’antan. Devons-nous savoir forcément la place qui revient aux archives pour les leur ?

En tout cas, sachons que les documents sont un des nerfs de l'administration. Ils sont souvent le moyen par lequel s'opèrent le processus et les fonctions opérationnels. Dans les documents sont consignées la totalité des informations produites ou reçues par un organisme dans la conduite de ses affaires. Ils peuvent être composés de documents traditionnels sur papier, mais aussi de microcopies, de documents sur supports informatiques (tels que bandes ou disques d'ordinateur), de photographies, d'enregistrements sonores, de films, etc.

Pourquoi cet écrit ? Pour la bonne et simple raison que les archivistes et autres professionnels de l’information documentaire (bibliothécaires et documentalistes) malgré la formation de qualité reçue à l’E.B.A.D (Ecole des Bibliothécaires Archivistes et Documentalistes) sont réduits en quantité négligeable et insignifiante aussi bien dans l’administration que dans le public.
Que les professionnels de ce métier ne soient pas reconnus dans leur légitime droit me gêne « objectivement » !

Malheureusement, il y’a pire que le sort de ces professionnels et qui est le sort réservé à la discipline qu’est l’archivistique et sa fonction que représente les archives. Dans l’entendement du sénégalais lambda, qu’il soit de l’encadrement, de la maitrise et/ou de l’ouvrage ; un archiviste ne vaut pas plus qu’un magasinier et les archives ne constituent pas plus que de la paperasse… Que nenni !
Que ceux-là, qui ont cette mauvaise conception de cette profession et de ces professionnels, sachent qu’ils ont tout faux, car seuls de bonnes archives et de bons professionnels de l’art peuvent garantir la bonne gouvernance dans toutes ses formes.

Qu’ils sachent, également, que les archives forment : « l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l'exercice de leur activité. Le mot « archives » est couramment employé dans le sens restrictif de documents ayant fait l'objet d'un archivage, par opposition aux archives courantes. De par cette simple définition, il m’est soutenable de comprendre, comme tout un chacun d’ailleurs, le rôle ô combien primordial et capital des archives pour notre pays.

Le rôle des archivistes n’est pas seulement patrimonial et historique mais ces derniers ont également une grande responsabilité par rapport au contrôle du pouvoir en place.
En étant rétrogradées de direction à sous-direction, les Archives du Sénégal ont moins de possibilité de garantir et de faire une sensibilisation auprès des hauts dirigeants sur leurs obligations vis à vis de la collectivité. Cette situation entraine comme fâcheuse implication la perte de documents administratifs, comptables, financiers, etc. Les affaires de détournements, de corruption, de concussion et autres ne sont là que pour nous édifier à foisonnement sur le rôle capital et non moins négligeable des archives dans la bonne conduite des affaires devant garantir une bonne gouvernance.
Une direction des Archives du Sénégal ayant justement une mission orientée « patrimoine » uniquement verra moins la pertinence des arguments concernant une gestion administrative saine et transparente des documents produits quotidiennement dans le cadre du fonctionnement des organes publics, non pas par bêtise mais tout simplement parce que il y a très peu de chance que ce soit inscrit dans la mission et les objectifs spécifiques d’une telle direction.

Là, se trouve toute la subtilité de la démarche. C’est une façon indirecte pour le pouvoir de potentiellement diminuer le contrôle que peuvent exercer les citoyens sur les dépenses et les actions de leur gouvernement. C’est ce qui risque fortement de changer les façons de faire dans le management des archives.

Que ce soit au niveau des gouvernements ou à l’intérieur des entreprises privées, les archivistes doivent faire directement affaire avec la haute direction et non avec des intermédiaires pour avoir toute l’autorité et la reconnaissance interne nécessaire de faire appliquer la politique de gestion des documents. L’enjeu est peut-être moins, au niveau des archives historiques, à court terme, qu’au niveau de la gestion courante de l’administration sénégalaise. Ce remodelage risque d’avoir un impact direct sur les moyens des citoyens d’exercer, je le réitère, un contrôle sur l’administration en cours, d’exercer un contre-pouvoir et donc de maintenir un exercice démocratique.

Cependant, je ne veux pas mettre l’accent sur les enjeux avec les arguments traditionnels utilisés autour du patrimoine, de l’histoire, du maintien de la démocratie.
Je souhaite principalement souligner que :

 les archives sont collées au présent : il n’y a pas un seul jour où vous ne lisez pas, visionnez pas, n’écoutez pas de l’information issue des archives même si elle n’est pas présentée telle quelle.
Les archives nourrissent la créativité des écrivains, des cinéastes, des musiciens, des journalistes, etc. Sans archives, pas de rayonnement culturel à l’international ou même local. Elles alimentent les nouvelles, les débats de société, les documentaires riches en contenu, le discours des philosophes… et des politiques, eh oui.

 les archives servent l’avenir : que devient la recherche universitaire sans archives ?
Les archives ne sont pas que la matière première pour les historiens, mais aussi pour les sociologues, les psychologues et psychiatres, les chercheurs en médecine (avec la médecine généalogique mais aussi pour retracer les épidémies), les chercheurs scientifiques et les économistes (des chiffres hors contexte ne veulent rien dire), etc. N’a-t-on pas dernièrement soulevé le problème de l’éducation nationale : comment voulez-vous qu’elles se positionnent sans corpus de recherche dûment accumulé ?

 les archives aident à l’efficacité administrative, que ce soit au niveau des entreprises privées que pour les organismes publics. Combien coûte un document qui n’est pas trouvé à temps après de recherches vaines ? Combien de contrats manqués pour cause de manque de documentation ? Ou de non respect des échéanciers ?

 les archives ou plutôt les réflexions sur le contenu des archives permettent de jeter les bases d’une cohésion sociale et de définir une identité. Les archives ne permettent pas seulement de contrôler la bonne gouvernance mais aussi à nourrir les semences de l’identité de demain. Ce qui est crucial dans cette époque de démocratisation et de bonne gouvernance où la crise économique et social nous dicte de nous redefinir dans le contexte de la mondialisation, de mobilité de la main-d’œuvre..

 les archivistes peuvent apporter des réponses face aux nouvelles problématiques techniques et sociétales que posent les documents numériques. Les professionnels du document étudient depuis longtemps l’évolution des inscriptions du savoir et sont donc des vecteurs pour aider à définir une certaine stabilité dans ce tourbillon d’informations et de nouvelles technologies qui changent nos manières de voir et de faire.

Nous sommes donc loin des vieux papiers poussiéreux qui n’intéressent que quelques chercheurs et individus que certains s’imaginent excentriques. Réfléchissez-y !
Donnons son poids –son véritable– aux archives dans notre cher Sénégal pour une efficacité dans la gestion sous toutes ses formes et pour ne pas verser dans l’absurde et l’erroné …
Un de mes « grands » à la Direction des Archives du Sénégal faisait plastronner ce dicton ô combien évocateur : « Un peuple qui ne peut pas se souvenir de son passé est un peuple qui est condamné à se répéter.»

Que vivent les archives !!!

Puisse Allah nous soutenir dans notre quotidienneté pour la bonne conduite de nos affaires et surtout des affaires de la cité.

Ababacar Sadikh SECK
secksadikh1@yahoo.fr


Ababacar Sadikh SECK

Samedi 29 Août 2009 - 11:34




1.Posté par revue de press Afrique le 31/08/2009 07:53
il veut faire mourir de faim cafards et souris !

2.Posté par HOSLOU le 12/01/2010 17:27
JE PENSE QU'EN TANT QUE ÉTUDIANT PROMU À UN RANG DE FUTUR ARCHIVISTE JE ME DOIS D 'APPORTER MA DOSE DE PARTICIPATION FACE À CETTE SITUATION DÉPLORABLE QUI MENACE LE SYSTÈME DES ARCHIVES DU SÉNÉGAL.IL EST EN FAITE PLUS QUE JAMAIS PRESSANT POUR NOUS ACTEURS D'ARCHIVES DE NOUS RASSEMBLER AUTOUR D'UNE MÊME TABLE EN UN BLOC COMPACT MAIN DANS LA MAIN AFIN DE MENER À BOUT LE COMBAT DÉJÀ ENTAMÉ PAR NOS CONTEMPORAINS .EN VÉRITÉ IL FAUT PARTIR DU FAIT QUE L'ÉTAT N'ACCORDE PAS TROP D'IMPORTANCE À CETTE TACHE IMPORTANTE QUE PEUT JOUER UN ARCHIVISTE DANS LE DÉVELOPPEMENT D'UN ÉTAT À TRAVERS LA CONSERVATION DE LA MÉMOIRE D'UNE NATION CAR COMME LE DIT LE DICTON POUR MONTRER LA FORCE PROBANTE DES ARCHIVES DANS UN ÉTAT D'HISTOIRE.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter