Séisme au Népal: le bilan s'alourdit à 688 morts



Le bilan du puissant séisme qui a dévasté samedi le Népal s'est élevé à 688 morts, a annoncé un responsable du gouvernement. "Le bilan des morts a atteint 688 jusqu'à présent à travers le pays", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Laxmi Prasad Dhakal, actualisant un précédent bilan. Un très violent séisme a frappé le centre du Népal samedi à l'heure du déjeuner. Le tremblement de terre s'est produit à 68 km à l'est de la ville touristique de Pokhara, selon l'USGS, l'institut américain de veille géologique. La magnitude du séisme initialement évaluée à 7,5 a été ensuite revue à la hausse à 7,9. Le bilan du séisme au népal s'alourdit à 449 morts. «Des décès ont été enregistrés dans toutes les régions sauf dans l'extrême-ouest. Tous nos effectifs ont été déployés afin de secourir et d'aider ceux qui en ont besoin», a-t-il ajouté. Un premier bilan de ministre de l'Intérieur faisait été d'au moins 114 victimes.
Les habitants de la capitale, pris de panique, se sont rués dans la rue au moment du séisme «Autour de moi, les murs des maisons se sont effondrés dans la rue. Toutes les familles sont dehors dans la cour, blotties les unes contre les autres, les secousses continuent», a rapporté un journaliste de l'AFP à Katmandou. «Tout a commencé à trembler. Tout est tombé. Les murs le long de la rue principale se sont écroulés. Les grilles du stade national se sont effondrées», a raconté un habitant de Katmandou. La tour de Dharhara, haute d'une cinquantaine de mètres, s'est effondrée. Le séisme a aussi coupé des voies rapides dans la capitale et provoqué des dégâts à l'aéroport international de Katmandou qui a été fermé.
Des alpinistes sur le mont Everest ont été pris dans le séisme. Une avalanche a en partie enseveli le camp de base sur le versant népalais de l'Everest et coûté la vie à huit personnes au moins, selon le ministère du Tourisme. «Nous avons été pris dans le tremblement de terre sur l'Everest. Nous sommes tous les deux OK... Il neige ici, aucun hélicoptère ne peut arriver jusqu'ici», a écrit dans un SMS un journaliste de l'AFP en reportage




Samedi 25 Avril 2015 - 13:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter