Sénégal:"24h Chrono" recouvre la liberté le 5 janvier

Le journal 24h Chrono réapparaitra sur la scène médiatique le 5 janvier prochain après trois mois de suspension. En plus d’être un quotidien, il sera aussi en ligne. C’est lors d’une conférence de presse tenue ce mardi au siège dudit journal que l’annonce a été faite. Le directeur de publication, El Malick Seck purge une peine de trois ans.



Le directeur de publication de
Le directeur de publication de
Le journal 24h Chrono recouvre la liberté le 5 janvier prochain. Cependant sans son directeur de publication, El Malick Seck qui est en train de purger une peine de trois ans de prison à Camp pénal. Le rédacteur en chef dudit quotidien, Sambou Biagui a organisé ce mardi une conférence de presse en compagnie de leurs avocats et de certaines personnalités des organismes de défense des droits de l’homme.

Selon notre confrère, «24h chrono reviendra sur le marché le 5 janvier 2009 avec un nouvel élan ». Et Sambou Biagui de préciser : «Il ne sera pas seulement en papier mais aussi en ligne et avec la même ligne éditoriale comme le souhaite ses lecteurs mais aussi son directeur de publication». Ont pris part à cette conférence de presse tenue ce mardi 30 décembre au siège de 24h Chrono, Maître, Amadou Aly Kane, membre de la Rencontre Africaine de Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), M. Badiane de l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH), Malick Ndiaye du Comité National des Droits de l’Homme (CNDH) et Ousmane Ndiaye, coordinateur de 24h chrono. Ces derniers ont lancé un appel au chef de l’Etat, Abdoulaye Wade pour la libération pure et simple du confrère, El Malick Seck.

Dans cette affaire El Malick Seck, d’aucuns ont fustigé le manque de solidarité d’une certaine frange de la presse. La rencontre d’aujourd’hui a, ainsi, été l’occasion de revenir en détail sur cela. «24h Chrono ne condamne pas les membres du Comité pour la Défense et la Protection des Journalistes (CDPJ), mais la structure», a fait savoir Sambou Biagui.

Maître Aly Amadou Kane a estimé que «la place de El Malick n’est pas dans la cellule 5 du camp pénal mais à la rédaction en tant que Directeur de l’organe». Selon lui, «c’est à partir de ces questions sensibles que l’on juge de la démocratie d’un pays».

Le représentant de l’ONDH, M. Badiane a, pour sa part, indiqué que «24h chrono n’a fait que montrer les dérives de la société». Il s’est, en outre, réjouit de la présence et du rôle des défenseurs des droits de l’homme dans cette affaire.

Pour rappel, El Malick Seck est à son 120e jour de condamnation. Il fait l’objet de trois chefs d’accusation. Celui de «diffamation et d’offense au chef de l’Etat…». Il y a deux autres plaintes du secrétaire général du ministre de la culture ; Pape Sène et du ministre de l’Intérieur, Cheikh Tidiane Sy dont les procédures ne sont pas encore complètement épuisées.

Ndèye Maty Diagne (Stagiaire)

Mardi 30 Décembre 2008 - 17:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter