Sénégal - 6 avril 2008 - 6 avril 2009 : Il y a un an disparaissait Abdou Latif Guèye

A Dieu nous appartenons et à Lui, nous retournerons. En effet, Abdou Latif Guèye, le président de l’Ong « Jamra », Vice-président à l’Assemblée nationale est décédé dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 Avril 2008 des suites d’un accident de la circulation, aux environs de 4 heures du matin, sur la route de Kaffrine, à deux (2) kilomètres de Nawel, à la hauteur du village de Daga Ndéné.



Sénégal - 6 avril 2008 - 6 avril 2009 : Il y a un an disparaissait Abdou Latif Guèye
A l’occasion de ce dernier voyage sans retour, Abdou Latif Guèye, Vice-président à l’Assemblée nationale, membre du groupe parlementaire « Libéral et démocratique » (Ld) était accompagné de son garde du corps Mamadou Sané alias Chérif et son fils Abass Guèye.

L’ancien président de "Afrique Aide Afrique" (AAA) fit ses études primaires à l’école "Paille d’arachide", de la Gueule Tapée, ses études secondaires à l’ "Ecole Fann Résidence", au "Collège Médina" et au "Lycée Van Vollenhoven" (actuel "Lamine Gueye") puis direction… Commissariat Central de Dakar ! Pour "fait de grève". Malgré ce cursus scolaire très perturbé, Latif Guèye fréquente pendant deux ans l’Université de Dakar pour des cours en Capacité de Droit.

Engagé politiquement depuis l’adolescence dans des mouvements clandestins d’obédience marxistes-léninistes, Latif Guèye fut arrêté pour la première fois par la police à l’âge de…17 ans, pour "activités subversives". En 1976, avec des amis, il rejoint le professeur Cheikh Anta Diop, pour la création du "Rassemblement national démocratique" (Rnd). Il se retira de l’action politique, en 1982, pour s’investir à temps plein dans la société civile, tout en faisant carrière dans le journalisme.

Il effectua à cet égard plusieurs stages en Europe, auprès d’entreprises de presse, et revint au pays pour servir dans les premiers titres de la presse privée sénégalaise ("Nouveau Tiers Monde", "Promotion", "Afrique Tribune", etc.) En 1983, Latif Guèye créa la "Première revue sénégalaise de dossiers sociaux", un mensuel qu’il baptisa du nom de "Jamra", avant de devenir, en 1984, Rédacteur en chef du journal "Wal Fadjri", alors hebdomadaire. L’engouement suscité dans le lectorat sénégalais par les enquêtes inédites, menées par le magazine "Jamra", sur des sujets alors tabous, comme le trafic de drogue, la dégradation des mœurs, etc., inspira de jeunes lecteurs à créer, autour de la revue Jamra, un mouvement, l’ "Association des Jeunes Amis de Jamra" (Ajad), qui devient, en 1985, l’Ong Jamra, à présent connue partout dans le monde.

Au cours de sa carrière professionnelle, Latif Guèye a capitalisé une solide expérience à travers les voyages qui l’auront mené dans les cinq continents, mais surtout auprès de plusieurs chefs d’Etats, de rois et décideurs de par le monde. Grand Reporter, il a à son actif des enquêtes politiques et sociales remarquables faite sur l’Algérie, sous Boumediene, sur la Guinée de Ahmed Sékou Touré. Le courant passa fort bien entre lui et le charismatique leader guinéen, qui se trouve justement être l’ami et le "camarade syndicaliste" de son père, Abbas Guèye (fondateur de l’Ugtan-autonome, durant l’époque coloniale). D’autres enquêtes journalistiques menèrent Latif au Sahara Occidental, durant "la guerre du Polisario", en République Islamique d’Iran, au début de la Révolution, où il a pu rencontrer l’Ayatollah Khomeiny, en son domicile privé à Jamran, à Tèhèran.

Pionnier dans la lutte contre la Drogue et le Sida, Latif Guèye est le fondateur du premier Centre de Documentation et d’Information sur la Toxicomanie et le Sida (1987) ; diplômé du Centre Didro, en France, sur la prévention de la Toxicomanie, membre du Conseil Scientifique de Sos Drogue International, membre du Conseil International sur les Problèmes de l’Alcoolisme et de la Toxicomanie, basé en Suisse, initiateur du Premier Colloque National "Islam et Sida", co-président du Premier Colloque International "Sida et Religion" (1997), Latif Guèye a dirigé, pendant une décennie, la Fédération Sénégalaise des Ong de lutte contre la drogue (Fonselud) et le Conseil des Ong de lutte contre le Sida (Icaso-Sénégal).

Militant dès les premières heures, dans les organisations de la Société civile, Latif Guèye est le président exécutif, depuis plus de vingt ans, de l’organisation non gouvernementale Islamique, "Jamra", spécialisée dans la lutte contre les "fléaux sociaux". Expert consultant de métier, auprès de plusieurs organismes internationaux, dans les domaines de la Communication, de la Santé Publique, du Développement Communautaire, de la Formation, de la Planification et de la Gestion de Projets, il s’engage de nouveau, en 1999, dans l’arène politique avec l’Organisation Jamra et participe à l’avènement de l’Alternance politique au Sénégal, en mars 2000.

Le 09 mai 2000, il est porté à la tête d’un parti politique, le "Rassemblement Démocratique Sénégalais" (Rds), et a été, de mai 2000 à octobre 2002, Conseiller spécial du président de la République du Sénégal, avec rang d’Ambassadeur. En juin 2003, la carrière politique de Latif Guèye fut brusquement interrompue par des démêles judiciaires, qu’il dénonce très tôt comme une "cabale politicienne". Il fut maintenu en détention préventive pendant 14 mois et tomba gravement malade en prison. Son état de santé nécessita même son évacuation d’urgence, à l’hôpital Royal Muhamed V de Rabat, au Maroc, pour des soins intensifs. En août 2004, la justice sénégalaise ayant tranché en sa faveur, Latif Guèye, réhabilité, reprit ses activités sociales, politiques et professionnelles.

Issu d’une des grandes familles lébou de la Région du Cap Vert, précisément de la lignée des "Diassiratoo", il est le fils de l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale, El hadji Abbas Guèye - co-listier de Léopold Sédar Senghor, lors des législatives mouvementées de juin 1951, et député du Sénégal au Palais Bourbon, l’Assemblée Nationale Française. Abdou Latif Guèye est né le 4 mars 1956, à Dakar, face à la Baie de Soumbédioune.

DISTINCTIONS

* Chevalier de l’Ordre National du Lion * Grand prix de l’Année Internationale de la Jeunesse en 1985 * Lauréat du prix "Compagnon de la Paix" de l’Association pour les Nations-Unies

OUVRAGES

* "Le GUEEW", Système d’Accueil et d’Ecoute pour la Réhabilitation du Toxicomane (1982) * "PROGRAMMES DE VIE", réflexions dans une cellule (2005) * Tunnel de Lumière (2006) * Lumière du Tunnel (ouvrage de 198 pages, oeuvre posthume, 2008)

Ferloo & service communication RDS

Lundi 6 Avril 2009 - 14:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter