Sénégal-Dette intérieure : 33,3% des entreprises du bâtiment en souffrance

Le mois de janvier 2009 n’a pas été de tout repos pour les chefs d’entreprises au niveau des bâtiments et des travaux publics. Le recouvrement des créances a encore pesé sur leurs activités. 33,3% des entreprises du bâtiment sont confrontées à des difficultés de financement en janvier 2009. Du coup, ces entreprises perdent de leur crédibilité vis-à-vis des banques et services financiers. Une situation qui risque de se reproduire pour le mois de février.



Photo:dpee.sn
Photo:dpee.sn
La Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), dans sa dernière note mensuelle de conjoncture, révèle qu’: «au niveau des bâtiments et des travaux publics, la moitié des chefs entreprises interrogés ont évoqué le problème du recouvrement des créances qui a encore pesé sur leurs activités en janvier 2009». La même source estime que les difficultés de financement commencent à se poser avec acuité pour 33,3% des enquêtés, en termes d’accès et de services financiers. La Dpee révèle également que «16,7% des managers ont parlé de l’environnement des affaires qui s’est dégradé à cause de l’allongement des procédures de passation des marchés publics et de l’insuffisance des marchés, induisant une baisse de la rentabilité ».

L'investissement

S’agissant des services, la Dpee relève que l’environnement des affaires reste une préoccupation majeure pour 46,2% des dirigeants d’entreprises enquêtés. Selon eux, poursuit la même source, «la longueur des procédures de passation des marchés publics et les problèmes fonciers ont été préjudiciables aux entreprises».

Pour ce qui est du financement, ce démembrement du ministère de l’Economie et des finances estime qu’il a constitué une contrainte majeure pour 23,1% des répondants, lesquels évoquent le relèvement des taux des emprunts sur le marché financier. «Pour eux, le marché est devenu moins dynamique et les conditions de financement se resserrent».

S’agissant des entreprises commerciales, la Dpee informe que leurs dirigeants sont essentiellement confrontés à un problème de débouchés. Selon la structure, l’insuffisance de la demande est invoquée dans 42,9% des réponses. «D’ailleurs, les clients sont devenus peu solvables. L’environnement des affaires ne s’est pas beaucoup amélioré, selon 28,6% des dirigeants. Les lourdeurs administratives et la concurrence déloyale demeurent. La dette intérieure constitue pour 28,6% des commerçants une contrainte majeure».

Le pessimisme des chefs d’entreprises pour le mois de février

La Dpee, toujours dans sa dernière note de conjoncture du mois de janvier, souligne qu’: «en prévision du mois de février 2009, les chefs d’entreprises pensent que l’environnement des affaires sera encore marqué par la faiblesse des cours mondiaux de certains produits, le renchérissement des facteurs de production, notamment les matières premières et les pièces de rechange». Sur le plan intérieur, poursuit la même source, «les chefs d’entreprises prévoient des problèmes de trésorerie induits par les difficultés de recouvrement des créances, même s’ils fondent beaucoup d’espoir au règlement de la dette intérieure tel qu’annoncé par les autorités».

Néanmoins, souligne la Dpee, «les commerçants anticipent les problèmes de trésorerie». Au niveau du système bancaire, la Dpee fait savoir que les attentes sont orientées vers le règlement des arriérées. «Dans les télécommunications, la concurrence s’annoncerait rude avec la présence de trois opérateurs», fait remarquer la même source.


Bacary DABO

Jeudi 12 Mars 2009 - 17:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter