Sénégal - Nogaye Ndiaye Thiakam-tête de liste and Defar Yène: pour Yène et pour la cause féminine

Elle se bat pour une plus grande implication des femmes dans la politique et la gestion des collectivités locales. Membre de plusieurs organisations qui font de la parité leur cheval de bataille, Nogaye Ndiaye Thiakam a élevé son combat d’un cran en déposant sa propre liste pour les locales. Elue locale à Yène, un village de pêcheurs situé entre Dakar et Rufisque, Mme Thiakam entend aller à l’assaut des suffrages des habitants de sa communauté rurale pour une meilleure prise en charge des problèmes de ce hameau miné par l’exode saisonnier de ses fils et le manque d’infrastructure. Portrait d’une femme engagée.



Nogaye Ndiaye Thiakam-tête de liste and Defar Yène
Nogaye Ndiaye Thiakam-tête de liste and Defar Yène
Dynamique et pleine de vie, Mme Thiakam nous reçoit avec une allégresse juvénile qui tranche avec ses 54ans. Dans son bureau situé au ministère du tourisme, des sénégalais de l’extérieur et de l’artisanat, Nogaye Ndiaye expose ses idéaux avec une joie de vivre naturelle, sans doute, une marque de cette générosité que lui attribue son voisinage. En effet, cette dame démontre ce sentiment dans son engagement politique à Yène, «un village pour lequel je donnerai tout » confie-t-elle. Aujourd’hui tête de liste du parti de Landing Savané dans cette localité, Mme Thiakam révèle : «il n’y a rien à Yène. On n’a que la mer qui ne nourrit plus son homme. Nous n’avons pas d’infrastructure, pas de lycée. C’est notre mairie qui a été transformé en Cem en 2002. Sur le plan touristique, malgré le développement du secteur, nous n’avons que onze petits hôtels à Toubab Diallaw ».

Ses débuts dans la politique remontent à l’an 2000. Animatrice du mouvement du troisième millénaire en soutien à Abdou Diouf, Mme Ndiaye a depuis été attrapée par le virus de l’art de bien gérer la cité. Une expérience heureuse qui lui a fait regretter son engagement tardif dans la chose politique.

Secrétaire de formation sortie en 1978 de l’école nationale de secrétariat, Mme Thiakam a servi plusieurs ministres depuis 1990. De Magued Diouf à Aminata Lô en passant par Landing Savané. Ce dernier l’a convaincu de rejoindre sa formation politique en 2002. A l’occasion des élections locales de cette année, elle porta très haut le flambeau d’And Jef dans la communauté rurale de Yène, réussissant la prouesse d’arracher des sièges de conseillers ruraux à l’hégémonique Parti socialiste qui régnait sans partage dans ce village lébou, réputé pour ses collines. Le parti de Landing Savané qui, naguère était classé parmi les derniers dans la communauté rurale, arrive deuxième. C’est grâce au dynamisme et à l’engagement de Madame Thiakam.

Très au fait des problèmes qui hypothèquent le développement de son village, Nogaye Ndiaye ne se prive pas quant il s’agit de les énumérer. « Certains de nos enfants sont scolarisés en Gambie du fait des familles qui migrent au grès des saisons de pêche. A cause de ce flux migratoire, des maisons sont abandonnées pendant une grande partie de l’année » renseigne-t-elle.

Et la candidate aux élections locales du 22 mars prochain de promettre : « Yène devrait avoir de petites unités de transformation, des écoles de formation. Je me bats pour faire de Yène un pôle de développement. Il est temps que Yène se développe. Si je gagne les locales, je ferais tout pour que Yène devienne un pôle de développement ». Langue de bois ou engagement ferme ? En tout état de cause, ses proches affirment qu’elle n’entreprend rien à demi-mesure. Elle se jette corps et âmes dans tous ses combats et dans toutes ses entreprises. Que ce soit dans le mouvement associatif ou plus récemment dans la politique. A Yène, elle s’active dans le social, aidant à réfectionner des mosquées par-ci, apportant son soutien aux nécessiteux par-là. C’est d’ailleurs ce qui lui vaut la vague de sympathie qu’elle soulève dans ce village situé à 14 kilomètres de la ville de Rufisque.

La présidente de la commission des finances de la communauté rurale de Yène est également engagée dans la cause des femmes. « Je n’ai pas trop travaillé avec les partis parce que je savais que la parité ne serait pas respectée lors des investitures. La commission femme élue à laquelle j’appartiens nous avait chargés d’inciter les femmes à investir le terrain politique. Sur la liste que je dirige 60% des investis sont des femmes. C’est pour réparer l’injustice qui règne au Conseil rural de Yène. En effet, sur 32 conseillers nous ne sommes que cinq femmes » fait-elle savoir.

« Les femmes qui ont des moyens ne s’investissent pas assez car ne voulant pas perdre leur sous dans la bataille politique. Je regrette de ne pas être entré en politique plus tôt » se désole-t-elle.

«Ce qui me motive c’est qu’en 2003 on m’a nommé conseillère à la Commission nationale des conseillers ruraux. Je suis dans la commission femme-élue. Il faut que les femmes s’impliquent dans la politique au même titre que les hommes» admet-t-elle.

S’agissant des obstacles qui entravent la montée des femmes, elle cite : « il y a d’abord les partis politiques qui bloquent les femmes, ensuite les pesanteurs sociales liées aux charges familiales, enfin la culture et un peu la religion et l’analphabétisme des femmes. La mauvaise image des femmes politiciennes est aussi un facteur de blocage ».

Avec les élections locales qui se profilent à l’horizon, elle compte bien tirer son épingle du jeu politique malgré la concurrence féroce des autres listes dirigées par des hommes. Un combat noble mais à hauts risques !


Mame Coumba Diop

Lundi 23 Février 2009 - 08:36




1.Posté par mouhamed seck le 08/05/2011 18:03
c est une bonne initiative pour le dvp de yenne

2.Posté par ONG MAISONS DOUCES FRANCE- SENEGAL le 19/07/2011 19:29
Chère Madame, et chère Soeur ..... Ainsi, nous sommes donc des " Payses" de ce YENE ! Village tt également cher à nos coeurs, pour y avoir eu notre Siège ONG jusqu'en 2005 . Malheureusement, dramatiquement quitté " à l'impromptu" ..
Ayant pu y mener qqs actions, à l' intention de cette population ( attachante ...) effectivement diversement menacée .
Nous ne manquerons pas de nous rencontrer , en Temps et Heure... INcha Allah . Et revoir ceux et celles dont nous avons partagé le quotidien, et leur plus grande nostalgie....Notre grand Salut particulier, à la Communauté rurale de YENE ....
En cette attente, l 'assurance de notre soutien en ce que vous conduisez avec tant de conviction , énergie, et parfaite connaissance " du terrain" .Tts nos Voeux, et Prières en votre direction ...COURAGE ! Et DIAM ....
En tte Amitié, Anouchka KHATCHADOURIAN / Pdte de l'ONG ( localement surnommée Cumba YENE ... )

3.Posté par FALL ALIOUNE le 21/07/2012 17:09
je suis senegalais vivant en arabie saoudite a jeddah avec ma famille depus plus de 10 ans. j'aimerai investir a yene pour preparer mon eventuel retour au senegal. merci de me contacter au 00966567961987

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter