Sénégal - profil du Premier ministre: un homme de caractère aux commandes

Il n’était pas cité parmi les premiers ministrables. Pourtant c’est son nom qui est sorti dans le décret présidentiel portant nomination du Premier ministre. Souleymane Ndéné Ndiaye n’est pas un inconnu dans l’espace médiatique. Militant du PDS depuis plus de trente ans, il a été reconduit à la tête de la mairie de Guinguinéo à la faveur des élections locales du 22 mars.



Le nouveau Premier ministre du Sénégal, Souleymane Ndéné Ndiaye
Le nouveau Premier ministre du Sénégal, Souleymane Ndéné Ndiaye
Contrairement à son prédécesseur Cheikh Hadjibou Soumaré, Souleymane Ndéné Ndiaye n’offre pas le profil du technocrate réservé qui n’a aucune ambition politique. Il a été de toutes les batailles du PDS. Et sa nomination peut être assimilée à une récompense pour les bons et loyaux services qu’il a accomplis. Il a été porte-parole du président Abdoulaye Wade. L’enfant de Guinguinéo a été ministre, conseiller spécial du président de la République, ministre de la Fonction publique, du travail, de l’emploi et des organisations professionnelles ; ministre d’État, directeur de Cabinet du président de la République, ministre de l’Environnement et de la Protection de la nature, ministre d’Etat, ministre de l'Économie maritime et maintenant Premier ministre.

Nommé le jeudi 30 avril en remplacement du très peu loquace Cheikh Hadjibou Soumaré, Souleymane Ndéné Ndiaye est un homme politique aguerri, volubile et qui a le courage d’assumer ses idées et positions politiques. Il n’hésite pas à dire non quant il le faut même.

Il est né un 6 août 1958 à Kaolack, en plein cœur du Saloum. Etudiant à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, il partageait la même chambre que l’ancien Premier ministre et président l’Alliance pour la République (APR, opposition), Macky Sall dont il n’a jamais nié l’amitié malgré sa descente aux enfers et sa rupture avec le PDS. De l’UCAD, il est sorti avec un DEUG en Sciences économiques et une Maîtrise en Droit privé (Option Affaires), ainsi qu’avec un Certificat d’aptitude à la profession d’avocat.

Monogame et père de 4 enfants, le nouveau chef du gouvernement suscitera fortement des commentaires. En raison de son animosité affichée envers la Génération du concret, sa nomination sonne comme un désaveu de ce mouvement qui a fini de parasiter le Parti Démocratique Sénégalais. Dans une interview, le désormais ancien ministre de l’Economie Maritime n’avait pas hésité à dire tout haut ce que les gens pensent tout bas. «Jamais je ne serai derrière ce gosse», avait-il dit faisant allusion au fils du chef de l’Etat et président de l’Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique (ANOCI).

Toutefois, s’il désire conserver son poste, il gagnerait à taire les ambitions politiques qu’il ne manquera pas d’avoir. La longévité du très réservé et effacé Cheikh Hadjibou Soumaré peut lui servir d’exemple. A moins qu’il ne décide de répéter l’histoire avec Macky Sall et Idrissa Seck comme modèle. Ce sera à ses risques et périls.

Mame Coumba Diop

Jeudi 30 Avril 2009 - 21:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter