Sénégal - programme immobilier : Wade charme les hommes de tenue et les émigrés

Le président Abdoulaye Wade déroule une opération de charme en direction des hommes de tenue et des émigrés. Il a annoncé un vaste programme immobilier au profit de ces derniers lors de son discours à la veille de la fête de l’indépendance. Le chef de l’Etat veut s’attaquer en outre aux pénuries de gaz butane. Il est, par ailleurs, revenu sur les lampes à basse consommation avant de fixer ses ambitions pour le prochain hivernage.



Sénégal - programme immobilier : Wade charme les hommes de tenue et les émigrés
«Je sais l’un des plus grands besoins des Sénégalais est l’habitat. Nous avons déjà fait beaucoup mais nous allons faire plus malgré la crise qui a frappé tous les pays, y compris le nôtre» a fait savoir le chef de l’Etat. Ainsi, le président de la République a décidé de lancer de vastes programmes immobiliers, non seulement pour satisfaire la demande sociale mais aussi pour créer des milliers d’emplois pour les jeunes a-t-il promis.

Le président Abdoulaye Wade de révéler : «nous avons déjà agréé un programme de construction de logements de qualité à des prix voisins des JAXAAY. Ces logements au nombre de 15000 sont destinés aux hommes de tenue dont 5000 pour l’Armée, 3000 pour la Gendarmerie, 3000 pour la Police, et 3000 pour la Douane».

S’agissant des sénégalais vivant à l’étranger souffrant du manque d’habitat, il a soutenu que «5000 logements sont en construction à Tivaouane Peulh et 20000 logements dont 4000 dans les régions seront à la disposition de nos autres compatriotes».

Abdoulaye Wade a, dans la même optique, avancé que le Gouvernement a lancé un appel au secteur privé et a déjà noté quelques offres de programmes pour la construction de maisons de qualité à des prix et conditions abordables. Toutefois, a-t-il précisé, tous les promoteurs qui répondront à cet appel, pourront bénéficier de l’aide et du soutien de mon gouvernement.


Mesure contre les pénuries de gaz butane

Les pénuries de gaz butane ont certainement inspiré le chef de l’Etat. Il a évoqué la crise pétrolière internationale qui fait fluctuer les prix du baril et les conséquences que cela peut avoir dans nos pays. Il a, à cet effet, annoncé des mesures allant dans le cadre du stockage de l’or noir afin d’éviter toute pénurie.

Le président de la République a promis que «d’ici la fin de l’année, l’extension de nos capacités de stockage en produits liquides sera portée à 167.000 tonnes et complétée par un projet de 500.000 mètres cubes pour faire du Sénégal un hub pétrolier».

Il a expliqué qu’un projet de stockage de 22.000 tonnes est à l’étude pour mettre fin aux ruptures cycliques.

Le chef de l’exécutif tient au projet de 3.500.000 lampes à basse consommation. Il est revenu là-dessus lors de son discours à la nation tout espérant que cela va contribuer à faire de substantielles économies d’énergie et de réduire en conséquence notre facture d’électricité.

De même, il a loué les efforts faits par son gouvernement en matière d’électrification rurale en insistant sur le lancement, en mars dernier, de la première concession, sur l’axe Saint-Louis – Dagana – Podor, pour l’accès de 19.500 ménages à l’électricité d’ici trois ans, grâce à un investissement de 9 milliards de FCFA.

Wade pour la diversification des céréales

L’agriculture comme chaque année a figuré en bonne place dans l’adresse à la nation du chef de l’Etat. Il a ainsi rappelé que le Gouvernement s’attelle à la tâche avec, entre autres, le renforcement de la mécanisation par l’acquisition d’équipements et l’amélioration de la qualité des semences. «Depuis février dernier, nous avons bénéficié de l’homologation de 16 variétés de riz NERICA réputé pour sa sobriété en eau et son adaptation au climat sahélien, de 8 variétés de maïs et de 6 variétés de sésame», a-t-il révélé. Dans le même sens, a poursuivi le président, la culture du blé, restée tabou pendant longtemps, a effectivement démarré dans la vallée du fleuve Sénégal et se poursuivra.

Selon lui, «nos recherches ont permis d’identifier les variétés de blé adaptées aux conditions climatiques de notre pays et dans un proche avenir nous pourrons ainsi couvrir 50 à 75 % de nos besoins en la matière». Il a, dans le même sillage, indiqué qu’il reste entendu que la filière arachidière continuera de bénéficier du soutien du gouvernement par la facilitation du financement des opérateurs auprès des banques.

Ndèye Maty Diagne (Stagiaire)

Samedi 4 Avril 2009 - 09:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter