Syrie: Londres et Ankara prêts à agir même sans l'unité du Conseil de sécurité

Les chefs d’état-major de plusieurs pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, se réunissent ce lundi 26 août à Amman, en Jordanie, pour évoquer l’option d’une opération étrangère en Syrie. Mais les ministres des Affaires étrangères turc et britannique ont déjà annoncé qu’ils étaient prêts à agir, même sans l’unité du Conseil de sécurité de l’ONU.



Des groupes rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) formés par des instructeurs étrangers seraient en ce moment en action en Syrie. REUTERS/Saad AboBrahim
Des groupes rebelles de l’Armée syrienne libre (ASL) formés par des instructeurs étrangers seraient en ce moment en action en Syrie. REUTERS/Saad AboBrahim
Il est possible de répondre à l’usage d’armes chimiques en Syrie « sans unité complète au Conseil de sécurité », a déclaré ce lundi matin William Hague sur les ondes de la BBC. Quelques heures après cette annonce de son ministre des Affaires étrangères, David Cameron a décidé d’écourter ses vacances en Cornouailles pour présider une réunion du Conseil national de sécurité.
L’opposition lui demande de rappeler le Parlement actuellement en vacances, mais Downing Street indique que le Premier ministre se réserve la possibilité d’agir très rapidement, si c’est nécessaire.
William Hague, de son côté, semble confirmer les informations de source officieuse données par la presse, selon lesquelles une action militaire concertée des alliés pourrait être lancée dans les prochains jours. « Nous n’excluons aucune option, précise le chef de la diplomatie. Comme les États-Unis, la France et beaucoup d’autres pays, nous ne pouvons pas tolérer sans réagir, l’idée qu’on puisse utiliser des armes chimiques au 21e siècle ».
« Une action pourrait être lancée, dit encore William Hague, en raison de la grande urgence humanitaire créée par ces attaques d’armes chimiques ».
La Turquie prête à rejoindre une coalition
Comme le Royaume-Uni, la Turquie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Ahmet Dvutoglu, s’est dite prête ce lundi à rejoindre une coalition internationale dirigée contre la Syrie, même en l’absence de consensus à l’ONU. Une annonce qui n’a rien de surprenant. Cela fait très longtemps qu’Ankara réclame une intervention contre le régime de Bachar el-Assad.
Il s’agissait jusqu’alors d’une intervention plutôt humanitaire visant à l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne pour faire stopper les bombardements d'une zone qui deviendrait tampon, au nord de la Syrie. Un peu comme ce qui avait été mis en place en Irak, il y a 20 ans.
Ne plus se cacher derrière son petit doigt
Autre raison qui justifie l'annonce d'Ankara, le fait que depuis longtemps les Turcs sont persuadés que l'armée syrienne a utilisé les armes chimiques dans les bombardements des populations civiles. Là où la position turque peut en revanche surprendre, c'est qu'Ankara s'est toujours conformé au principe de la légalité internationale et aux décisions de l'ONU, comme l'a rappelé Ahmet Davutoglu, qui fait encore mine d'attendre les conclusions de la mission d'enquête sur les armes chimiques actuellement au travail dans la banlieue de Damas.
Mais, comme l'Occident, la Turquie semble désormais estimer qu'il est plus que temps d'agir et de ne plus se cacher derrière son petit doigt. Il ne fait plus guère de doute que, jadis meilleure amie de la Syrie et de ses voisins arabes, Ankara va se lancer dans la guerre, tournant ainsi le dos à sa doctrine « zéro problème à ses frontières », avec le risque d'une instabilité régionale sérieusement augmentée, mais qu'elle n'a pas choisie.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Lundi 26 Août 2013 - 15:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter