TESTAMENT - Jackpot pour les héritiers de Michael Jackson.



TESTAMENT - Jackpot pour les héritiers de Michael Jackson.
"Mort au bord de la faillite", "un king criblé de dettes", "une montagne de dettes"... Lors de la disparition de Michael Jackson, il y a tout juste un an, tous les médias semblaient s'accorder sur un point : outre l'héritage musical et artistique qu'il laissait derrière lui, le plus gros vendeur de disques de tous les temps léguait surtout à sa progéniture une liste de créances à la hauteur de ses excès. Les journalistes s'en inquiétaient, d'autant plus qu'à 50 ans, le King of Pop s'éteignait à la veille d'une tournée mondiale censée marquer son grand retour, mais aussi remplir les coffres désespérément vides du royaume de Neverland. Avec un train de vie qu'on estimait à 30 millions de dollars par an, Michael Jackson s'était forgé une réputation de piètre gestionnaire. Au total, ses dettes étaient estimées à 400 millions de dollars, selon le Financial Times.
Mais quelques jours à peine après sa disparition, sa famille découvrait, en plein émoi planétaire, le testament que le King of Pop, plus prévoyant qu'on l'aurait imaginé, a consciencieusement rédigé, le 7 juillet 2002. Entre-temps, son patrimoine avait été réévalué à la hausse, puisqu'on lui attribuait 500 millions de dollars de biens, comprenant, entre autres, son fameux ranch de Neverland, des voitures de collection et des antiquités, mais surtout la poule aux oeufs d'or : la société ATV, propriétaire notamment des droits du répertoire des Beatles, qu'il ne détenait plus qu'à 50 %. Le testament fut donc rapidement transmis à la justice, et c'est la Cour supérieure de Los Angeles qui mit en application les dernières volontés de celui qui fut surnommé "Wacko Jacko" par la presse américaine.
Joe Jackson a vainement essayé d'hériter
40 % de l'ensemble de ses biens furent légués à ses 3 enfants - Paris, Prince Michael et Prince Michael II, dit Blanket - et 40 % à sa mère, Katherine. Les 20 % restants ont été transmis à différentes oeuvres de charité. Son père, à qui il reprochait de l'avoir maltraité depuis son enfance, était totalement exclu de l'héritage, tout comme son ex-femme, Debbie Rowe, mère de Prince Michael et de Paris. Le testament précisait également que la garde de ses enfants serait confiée à sa mère, ou à son amie d'enfance Diana Ross, au cas où la grand-mère des trois héritiers venait à disparaître. Une décision que n'a pas contestée Debbie Rowe. Autre précision, à la mort de Katherine Jackson, qui est âgée de 80 ans, sa part de fortune restante ira à ses petits-enfants.
Michael Jackson avait également pris soin de nommer deux exécuteurs testamentaires : l'avocat John Bronca et le producteur John McClain. Les deux hommes devaient notamment s'assurer que les fonds soient bien reversés au Michael Jackson Family Trust, ses enfants ne pouvant pas y toucher avant l'âge de 30 ans. La mère de Michael Jackson s'est, elle, vu refuser la possibilité de devenir administratrice des biens des enfants - un rôle qu'ont conservé Bronca et McClain. Le père du King of Pop, Joe Jackson, a, quant à lui, bien essayé de toucher sa part du gâteau, en réclamant une pension de 20.000 dollars par mois pour subvenir à ses "besoins". Une demande à laquelle la justice américaine n'a pas consenti.
L'héritage de Bambi n'avait rien d'un cadeau empoisonné en fin de compte, puisque les administrateurs Bronca et McClain se sont d'ailleurs employés à éponger les dettes du chanteur culte. Et si l'on songe aux gains astronomiques amassés en un an seulement, évalués à un milliard de dollars par le magazine américain Billboard, on peut penser que le Michael Jackson Family Trust a de beaux jours devant lui.

Le Point.fr

Vendredi 25 Juin 2010 - 15:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter