Tribunal correctionnel: Ferdinand Coly traine une dame à la barre pour escroquerie

L’ancien international de football Ferdinand Coly a porté plainte contre Fatim Samb qu'il poursuit pour escroquerie foncière. Le dossier a atterri hier au tribunal correctionnel de Dakar. Un procès qui a été finalement renvoyé jusqu’au 22 décembre pour la comparution de la partie civile qui n’est autre que le joueur de la génération dorée de 2002.



Tribunal correctionnel: Ferdinand Coly traine une dame à la barre pour escroquerie
«J’ai remis à la dame Fatim Samb la somme de 1,8 million de francs Cfa pour l’achat de trois terrains. C’est un ami du nom de Sidy Fall qui m’a contacté par téléphone alors que j’étais en Italie pour me faire part qu’une dame du nom de Fatim Samb veut céder des parcelles à Keur Ndiaye Lô. J’ai adhéré et j’ai fais remettre à cette dernière la somme de 1,8 million de francs Cfa, représentant les parcelles», assure Ferdinand Coly dans "Enquête". «Par la suite, cette même dame est venue me trouver dans mon bureau sis à Sacré-Cœur pour m’exposer son problème lié à un de ses fils qui a voulu voyager et en même temps elle m’a expliqué ses problèmes financiers. Je lui ai offert la somme de 800 mille francs Cfa. Mais, depuis lors, la dame refuse de me donner mes terrains. C’est la raison pour laquelle, j’ai porté plainte», poursuit l'ancien international sénégalais.


Des déclarations de Ferdinand Coly battues en brèche par la dame, Fatim Samb qui soutient pour sa part que l'ancien footballeur "avait pris l’engagement d’aider son fils à partir  jouer  en Europe. «Je lui ai proposé des terrains. Je lui avais dit que je lui céderai les trois terrains après que mon fils aura voyagé en Europe", affirme-t-elle. "Il n’a pas fait voyager mon fils et il veut que je lui cède mes terrains. J’ai reçu les 1,8 million de francs Cfa, mais ce n’était pas le prix de vente du terrain», mentionne toutefois la dame. Selon l’avocat de Fatim Samb, "dans cette affaire c’est lui M. Coly qui est l’escroc ». La réaction de la défense de Ferdinand Coly n'a pas tardé. « Notre client n’a pas peur, qu’on renvoie et il comparaîtra », réplique Me Aboubacry Barro. 

Khadim FALL

Mercredi 25 Novembre 2015 - 12:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter