Vacances: le Quai d’Orsay publie la carte des zones à éviter

Alors que l’heure des vacances approche, le Quai d’Orsay a publié une nouvelle carte des zones à éviter. La carte est accessible sur le site du ministère des Affaires étrangères. Un code couleur détermine le degré de sécurité de la zone. On y voit par exemple que les côtes tunisiennes sont en zone verte, donc sans risque alors que les touristes les ont fuies depuis le printemps arabe.



Des touristes lors d'une méharée dans le désert, à Douz. Getty Images/Photographer's Choice/Sami Sarkis
Des touristes lors d'une méharée dans le désert, à Douz. Getty Images/Photographer's Choice/Sami Sarkis

En France, les vacances approchent et bon nombre de Français iront voyager hors des frontières de l’Hexagone. Le Quai d’Orsay a publié une nouvelle carte des zones de vacances à éviter. En Tunisie, si certaines zones sont déconseillées, les côtes du pays sont sans risque.


Deux ans et demi après la chute de Ben Ali, la Tunisie a toujours du mal à attirer les touristes, 15% de moins qu'en 2010. Pourtant, la sécurité sur les côtes méditerranéennes est parfaitement normale, assure le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. « Toute une série de sites extrêmement touristiques qui sont au bord de la mer sont en vert, c'est-à-dire que l’on peut y aller sans aucun problème, a-t-il déclaré. Donc il faut faire attention, il ne faut pas avoir une vision où on ne peut pas sortir de chez soi ».


Les zones frontalières à haut risque


En revanche des zones restent considérées comme à haut risque, notamment dans les zones frontalières. « La frontière avec la Libye et l’Algérie, le sud du pays est en rouge, explique Didier Le Bret, directeur du centre de crise au ministère des Affaires étrangères. Au nord de Kasserine à quelque vingt trente kilomètres sur la zone qui est rouge, ça c’est une zone d’intervention des autorités tunisiennes pour essayer de maîtriser un certain nombre d’éléments jihadistes qui sont allés jusqu’à poser des mines dans cette partie, donc évidemment c’est rouge, les Français n’ont absolument rien à y faire. Ce n’est pas la peine de s’exposer inutilement ».


Et pour limiter un peu plus les inquiétudes des vacanciers. Le ministère des Affaires étrangères propose de s'informer en temps réel sur la situation dans le pays d'accueil, en s'inscrivant au programme Ariane sur le site du ministère.

 


Rfi.fr

Samedi 22 Juin 2013 - 08:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter