Vent de colère contre les « conseils aux voyageurs » du Quai d’Orsay dans le Sahel

« Comment peuvent-ils mettre Ségou en zone rouge et ne pas faire autant pour Istanbul, ni même Molenbeek ? »



La comparaison entre Ségou, la deuxième ville du Mali, la métropole turque et le quartier de Bruxelles présenté comme le fief du djihadisme européen peut paraître exagéré. Mais elle traduit bien le sentiment d’exaspération qui monte dans les pays du Sahel contre la rubrique « conseils aux voyageurs » du ministère français des affaires étrangères.

Cette grille « made in Quai d’Orsay » classe les régions du monde en quatre couleurs, en fonction de leur dangerosité présumée pour les ressortissants français : le rouge correspond à « formellement déconseillé », le gris équivaut à « déconseillé sauf raison impérative », le jaune veut dire « vigilance renforcée » et le vert renvoie à « vigilance normale ».

Suivant cette nomenclature, tout le territoire du Mali est classé en zone rouge, à l’exception des alentours immédiats de Bamako qui basculent dans le gris. Deux tiers du territoire nigérien sont rouges, la partie restante étant « déconseillée sauf raison impérative ». Seule Niamey, la capitale, accède au statut de « zone à vigilance renforcée ».

La Mauritanie n’est pas mieux lotie, avec trois quarts de son territoire en zone rouge tandis que le reste est colorié en gris. Malgré la présence du quartier général de l’opération militaire française Barkhane à N’Djamena, l’ensemble du territoire tchadien est « déconseillé sauf raison impérative ».

Nombreuses incohérences

A regarder de près la rubrique « conseils aux voyageurs » du Quai d’Orsay, elle laisse apparaître des incohérences qui alimentent désormais la sourde colère des dirigeants des pays sahéliens. Là-bas, personne ne s’explique pourquoi la Turquie, frappée par une vague d’attentats-suicides, dont trois pour le seul mois de mars 2016, est entièrement verte, ne présentant aucun risque particulier pour les Français.

Même constat pour la Belgique placée en alerte terroriste maximale par le gouvernement belge après l’attentat de Bruxelles qui a fait, le 22 mars, 32 morts et 340 blessés. Le risque terroriste devrait être aussi élevé qu’au Sahel, mais la Belgique reste en zone verte.

 « Nous ne comprenons pas en quoi Dakar et Nouakchott, deux villes jusqu’ici épargnées par des actions terroristes, seraient plus dangereuses qu’Ankara déjà frappée à plusieurs reprises par des opérations kamikazes ou même Paris et Bruxelles victimes d’attentats meurtriers en novembre 2015 et mars 2016 », souligne-t-on dans certains palais sahéliens.

Dans d’autres, on va jusqu’à estimer qu’un citoyen français a plus de risques de mourir de balles perdues dans des règlements de compte entre bandes rivales dans le XVe arrondissement de Marseille, la deuxième ville de France, que d’être victime d’une action terroriste dans des pays comme le Togo ou le Bénin pourtant classés en zone rouge ou en zone à « vigilance renforcée ».

Double peine

A N’Djamena, Niamey, Bamako, Nouakchott ou Ouagadougou, la facilité avec laquelle une grande partie du Sahel a été classée en zone rouge par les diplomates du Centre de crise et de soutien, un organe spécialisé du Quai d’Orsay, est perçue comme une injustice au regard des efforts douloureux consentis par les Etats de la région pour lutter contre le terrorisme.

A cette dimension symbolique s’ajoutent des conséquences économiques. Le tour-opérateur Point-Afrique, spécialisée dans l’organisation des voyages vers le Mali, la Mauritanie et le Niger, a dû abandonner ces destinations pour rester en conformité avec les « conseils aux voyageurs » du Quai d’Orsay.
Pour les économies locales, cet abandon constitue un manque à gagner considérable. Par exemple, l’artisanat de la ville d’Agadez, au nord du Niger, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, reposait principalement sur les achats par des touristes occidentaux qui ne peuvent plus y venir, toute cette partie du Niger étant en zone rouge.
La coopération  décentralisée entre des collectivités territoriales françaises et des villes sahéliennes subit également les conséquences de la grille du Quai d’Orsay.

Pour ne pas être en porte-à-faux avec ces consignes, les représentants des villes françaises jumelées à des villes et villages du Sahel ne s’y rendent plus pour visiter les projets qu’ils financent. Ils se contentent des états des lieux qui leur sont fournis par les élus sahéliens qu’ils font venir en France. Un artifice qui entraîne des surcoûts (billets d’avions, frais d’hôtels…) à financer souvent sur l’enveloppe du projet. Cela se traduit par des classes et des dispensaires en moins dans les villages africains.

L’autre limite, la double peine, ce sont les aléas du visa pour les élus africains invités par leurs partenaires français, qui semblent accompagner le coloriage étrange de la carte africaine. Aussi surprenant que cela paraisse, même munis d’invitations établies par des collectivités françaises, de nombreux Africains se sont vus refuser un visa.
Au Sahel, parfois, la peur du refus de visa dans les consulats de France est aussi grande que celle d’être victime d’un acte terroriste.

Source: LeMondeafrique

 

Aminata Diouf (Stagiaire)

Vendredi 29 Avril 2016 - 09:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter