Vingt-cinq ans après l'attentat de Lockerbie, des zones d'ombre persistent

Vingt-cinq ans après l'attentat contre un avion de ligne américain de la Pan Am qui a explosé au-dessus de Lockerbie en Ecosse et a fait 270 morts, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Libye ont souhaité, dans un communiqué conjoint, tout mettre en œuvre pour « que tous les responsables de cet acte de terrorisme soient jugés ». Des enquêteurs britanniques et américains se rendront prochainement en Libye pour discuter de tous les aspects de cette coopération.



Des personnes observent les dégâts causés par l'explosion du Boeing 747 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, le 22 décembre 1988. AFP/ROY LETKEY
Des personnes observent les dégâts causés par l'explosion du Boeing 747 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, le 22 décembre 1988. AFP/ROY LETKEY
Le Boeing 747 Jumbo Jet de la Pan Am avait explosé le 21 décembre 1988, une demi-heure après avoir décollé de Londres, au-dessus de la petite ville écossaise de Lockerbie. La plupart de ses passagers étaient des Américains rentrant chez eux pour Noël. Un seul homme, un agent libyen, a été condamné pour ce qui est toujours aujourd’hui le plus sanglant attentat jamais commis au Royaume-Uni.Vingt-cinq ans après, c’est la première fois que les gouvernements britannique, américain et libyen promettent de travailler ensemble pour faire toute la lumière sur cet attentat. « Nous voulons, dit le communiqué commun, que tous les responsables de cet acte terroriste extrêmement cruel soient jugés. »

Le Premier ministre écossais Alex Salmond se recueille devant le mémorial dédié aux victimes de Lockerbie, au cimetière de Dryfesdale, le 21 décembre 2013. REUTERS/Russell Cheyne
Le Premier ministre écossais Alex Salmond se recueille devant le mémorial dédié aux victimes de Lockerbie, au cimetière de Dryfesdale, le 21 décembre 2013. REUTERS/Russell Cheyne
Vingt-cinq ans après, c’est la première fois que les gouvernements britannique, américain et libyen promettent de travailler ensemble pour faire toute la lumière sur cet attentat. « Nous voulons, dit le communiqué commun, que tous les responsables de cet acte terroriste extrêmement cruel soient jugés. »

Vingt-cinq ans ont passé depuis l’explosion du vol 103 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Ecosse. Parmi les 259 victimes, 189 étaient américaines (11 habitants de Lockerbie avaient également été tués dans le crash). A travers les Etats-Unis diverses cérémonies ont eu lieu pour commémorer ce tragique événement.
 

Ils étaient ainsi plusieurs centaines, venus au cimetière national d’Arlington pour honorer la mémoire de ceux qui avaient été tués et dont chaque nom a été lu, accompagné d’un tintement de cloche. Diverses personnalités étaient présentes dont le directeur du FBI de l’époque, Robert Mueller et l’actuel ministre de la Justice, Eric Holder.
 

«Nous continuons de nous battre pour la justice»
 

« Nous continuons de nous battre pour la justice au nom de ceux qui ne sont plus avec nous, a déclaré ce dernier. Nous nous engageons, avec notre pays, à imiter les qualités qui ont caractérisé ceux que nous avons perdus. »
 

L’université de Syracuse, dans l’Etat de New-York, a comme chaque année organisé une cérémonie du souvenir en hommage au 35 étudiants qui avaient péri dans l’attentat.

Au cimetière d’Arlington, la cérémonie s’est achevée par un dépôt de gerbe devant le monument érigé à la mémoire des victimes, alors qu’un soldat jouait la sonnerie au mort.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Dimanche 22 Décembre 2013 - 09:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter