Wade chercherait-il à utiliser les audits contre ses affidés qui l'ont "trahi"?

Abdoulaye Wade veut utiliser les audits comme un couteau à double tranchant. Espérant qu'il est sauvé par son statut d'ancien président de la République, il a recommandé à l'actuel régime de ne pas épargner ses anciens ministres et les présidents de l'Assemblée nationale, du Sénat, et du Conseil Economique mais aussi de plusieurs députés, sénateurs et conseillers qui l'ont lâché.



Wade chercherait-il à utiliser les audits contre ses affidés qui l'ont "trahi"?
L’ancien président de la République, Abdoulaye Wade est fortement favorable aux audits annoncés par le nouveau régime. Mais, il ne veut pas être seul à être audité. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de PressAfrik, il y déclare : «Ainsi, après le président de République et son Gouvernement, (donc tous les Ministres), l’Assemblée Nationale, le Sénat et le Conseil Economique et Social devraient suivre». A travers ces déclarations, le secrétaire général national du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) veut ainsi mouiller tous les ténors libéraux députés, ministres, conseillers et autres qui l’auraient «trahi».

Il a tenu à faire comprendre qu’il est évident qu’un «chef d’Etat ne peut être poursuivi que pour haute trahison. Mais en ce qui concerne le président WADE, il s’offre pour être audité. Il demande également que son régime subisse le même sort et ceci de 2000 à 2012».

Abdoulaye Wade a, dans la foulée, souligné qu’après «cette première phase d’autres audits suivraient la gestion du pays de 2000 à 1980 et de 1980 à 1960 (sic). Certains parlent déjà de faits prescrits, mais ces audits auront le mérite d’éclairer l’opinion».


Jean Louis DJIBA

Mercredi 9 Mai 2012 - 01:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter