PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Wade tête de liste nationale de "Wattù Senegaal": Pape Samba Mboup fusille Karim et le PDS



Voir Wade tête de liste nationale de "Wattù Senegaal" rend «malheureux» Pape Samba Mboup. L’ancien Directeur de Cabinet de l’ancien président avait même refusé d’y croire. «Je pensais que c’était un rêve et j’avais envie de me réveiller pour que cela ne soit pas la réalité. Abdoulaye Wade a son âge, plus de 91 ans, a fait ce qu’il devait faire, 27 ans d’opposition et douze (12) ans de pouvoir, il a travaillé pour ce pays, il a apporté des changements que tout le monde voit tous les jours. On ne peut pas se lever du matin jusqu’au soir sans penser à Abdoulaye Wade. Son souvenir est dans la tête de tous les Sénégalais. Le fait de le mettre en avant de la scène, c’est écorcher son image parce que vous savez au Sénégal pendant la campagne, il y a des gens qui iront très loin et il ne mérite pas cela», explique l’ancien responsable libéral. 

Pape Samba Mboup qui ne rate pas ses anciens camarades, parle d’un «aveu d’échec». «Cela veut dire qu’ils ne peuvent rien faire sans Abdoulaye Wade, c’est pourquoi, ils sont allés chercher un vieillard pour le mettre devant alors que leur grand-père et leur père sont à la maison chouchoutés, entourés, cajolés mais Abdoulaye Wade, c’est lui le fourre-tout, il faut aller le chercher quand ils sont en difficulté». 

Jugeant que «ce n’est pas normal», Pape Samba Mboup déplore «la complicité» de Wade-fils. «C’est Karim qui lui a dit: «Papa va vite sauver les gars là-bas. Papa, vas-y». «Mais aux dernières nouvelles, j’ai lu dans la presse que son médecin lui a interdit de battre campagne. Je ne sais pas ce qu’il va faire mais c’est malheureux», regrette le responsable de la Coalition «Mbollo  Wade» . 

Après avoir déposé leur liste, Pape Samba Mboup, Farba Senghor et Cie comptent «changer l’Assemblée (s’ils sont) majoritaires». «D’abord, si nous sommes majoritaires, nous sommes obligés de cohabiter mais nous notre cohabitation sera pacifique. Le Sénégal est un jeune pays qui cherche sa voie. Nous n’avons pas le droit de le déstabiliser. L’Assemblée nationale jouera son rôle de contrôle de l’Exécutif, il n’y aura plus des applaudissements, on ne dormira plus là-bas…», promettent-ils. 


Jeudi 8 Juin 2017 - 14:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter