Ziguinchor : Terre de pisciculture.

La pisciculture a généré en 2014, plus de 125 millions de francs Cfa à Ziguinchor. Cette importante manne financière dans un département miné par le chômage montre l’importance de ce secteur qui, cependant, se trouve en eau trouble du fait de plusieurs facteurs.
Plus de 125 tonnes de poissons produites en 2014



Ziguinchor : Terre de pisciculture.
«La Casamance qui est un territoire traversé de cours d’eau douce et salée, a beaucoup de potentialités en matière aquacole. Il s’y ajoute la présence de tannes (terres salées) impropres à l’agriculture qui peuvent abriter des étangs. Les tilapias noirs ou rouges sont les principales espèces issues des étangs. Les larves peuvent atteindre jusqu’à 800 grammes au bout de 5 mois d’élevage». Ces propos du chef d’agence nationale d’aquaculture de Ziguinchor,  Abdoulaye Daouda Diallo mettent en exergue les prédispositions dont bénéficie la capitale du sud pour s’adonner à cette activité. C’était lors d’un voyage organisé par Usai/Comfish.
 
M. Diallo a estimé la production piscicole de Ziguinchor, en 2014, à plus de 125 tonnes, soit plus de 125 millions de francs Cfa. Suffisant pour luit de lancer un appel aux investisseurs pour que cette ressource qui, jusqu’à présent ne profite qu’aux Ziguinchorois, puisse réussir à approvisionner les autres régions. Selon lui, si ce secteur reçoit les financements nécessaires, il pourrait, d’ici peu de temps, produire assez de poissons pour l’exportation.
 
 Abdoulaye Daouda Diallo a par ailleurs révélé que c’est au niveau de cette agence nationale d’aquaculture où sont  produits les petits poissons qui sont élevés dans les sites de production de toute la zone Sud. Ainsi, lance-t-il un appel aux investisseurs à s’intéresser aux potentialités du développement de l’aquaculture dans la région de Ziguinchor.

Ousmane Demba Kane

Jeudi 13 Août 2015 - 14:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter